Fermer

Tunisie : « soutien illimité » des États-Unis à la transition démocratique

Leon Panetta (g) et le président tunisien Moncef Marzouki, à Tunis le 30 juillet 2012. © AFP

Le secrétaire d'État à la Défense Leon Panetta a assuré lundi 30 juillet que les États-unis apporteraient un "soutien illimité" à la transition démocratique en Tunisie. Il a également promis l'aide du Pentagone dans la lutte contre Al-Qaïda.

Les Américains veulent faire de la Tunisie un fer de lance démocratique dans le monde arabe. En déplacement officiel à Tunis, le secrétaire d’État à la Défense, Leon Panetta, a assuré lundi au président Moncef Marzouki le « soutien illimité » de son pays à la transition démocratique tunisienne.

« Le secrétaire américain à la Défense a assuré le président du soutien illimité de Washington à la Tunisie et souligné l’importance d’une transition démocratique réussie dans ce pays en tant que modèle du Printemps arabe », a indiqué la présidence dans un communiqué.

De son côté, Leon Panetta a déclaré que les États-Unis étaient prêts à aider la Tunisie à développer ses capacités opérationnelles et de renseignement dans la lutte contre Al-Qaïda. Il s’est également prononcé en faveur d’une coopération accrue des pays du Maghreb.

« J’ai été heureux d’entamer un dialogue sur l’approfondissement de notre coopération sur les sujets de préoccupations communes, la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme », a dit M. Panetta à la presse, rappelant que les armées américaine et tunisienne étaient « partenaires depuis longtemps ». « Il y a un certain nombre de domaines où nous pouvons les aider à développer le type d’opérations et de renseignement qui les aideront efficacement à faire face à la menace (d’Al-Qaïda)», a-t-il poursuivi.

Effort régional face à Aqmi

Dans un pays encore épargné par l’expansion d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le secrétaire américain a appelé à utiliser le forum offert par l’Union du Maghreb arabe (UMA : Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie) afin de « développer un effort régional fort pour faire face à Aqmi et s’assurer qu’il ne dispose d’aucune base à partir de laquelle Aqmi pourra mener des activités terroristes dans la région ou d’autres parties du monde ». Washington est également prêt à aider à renforcer l’armée tunisienne, saluée par M. Panetta pour son « rôle positif » depuis la révolution, sur le plan institutionnel.

Le secrétaire américain s’est exprimé lors d’une visite du cimetière militaire américain de Tunis où reposent 2 841 militaires, et où sont inscrits les noms de 3 724 autres disparus, tombés dans cette région pendant la Seconde Guerre mondiale.

Selon la présidence tunisienne, la coopération sécuritaire et les mécanismes capables de « contrer les défis sécuritaires dans la région » ont été examinés dans le contexte de l’instabilité au Mali, pays dont le Nord est occupé par les islamistes liés à Al-Qaïda.

Leon Panetta a rencontré Moncef Marzouki au début de sa visite en Tunisie. Il s’est aussi entretenu avec le chef du gouvernement islamiste Hamadi Jebali et le ministre de la Défense Abdelkarim Zbidi.

Sa visite est la première d’un secrétaire américain à la Défense en Tunisie depuis la révolution qui a chassé l’ex-président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011. Il doit se rendre mardi en Égypte, avant de se rendre en Israël et en Jordanie.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici