Fermer

Côte d’Ivoire : une attaque fait deux blessés parmi les FRCI, à 80 km au Nord d’Abidjan

Par Jeune Afrique

Des soldats ivoiriens, le 7 août à Abidjan. © Issouf Sanogo/AFP

Un poste de l'armée ivoirienne (FRCI) a été pris d'assaut par des hommes armés, dans la nuit de mardi à mercredi 8 août à Agbobo, au Nord d'Abidjan. Bilan : deux blessés. Et toujours les mêmes questions que lors des récentes attaques à Abidjan sur les mobiles et l'identité des agresseurs.

En Côte d’Ivoire, les attaques se suivent, mais se ressemblent-elles vraiment ? Impossible à dire, tant les mobiles sont pour l’instant peu clairs… Après les opérations menées les 5 et 6 août à Abidjan par des assaillants non identifiés, qui ont fait dix morts chez les militaires, Agboville a été le théâtre de scènes de combat similaires, dans la nuit de mardi à mercredi.

Un poste de l’armée a été attaqué vers 1 heure du matin (locale et GMT) par des hommes armés à l’entrée de cette ville située à 80 km au nord d’Abidjan, faisant deux blessés. « Une dizaine d’assaillants ont attaqué le poste d’observation des Forces républicaines (FRCI) à Erymakouguié », village voisin d’Agboville, a déclaré une source militaire locale.

Deux heures de combat

« L’attaque a duré deux heures. Le bilan fait état de deux blessés, dont un blessé grave qui a été hospitalisé », a poursuivi le militaire. « Les assaillants ont ensuite pris la fuite mais nous avons arrêté quelques suspects ». Comme lors des précédentes attaques du week-end, il pourrait s’agir de miliciens pro-Gbagbo, comme de supplétifs des FRCI qui s’impatientent, les promesses de réintégration dans la vie civile, faites par le gouvernement, n’étant pas tenues.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici