Méïté Sindou poursuit sa lutte contre la corruption devant le président Ouattara

Par Jeune Afrique

Meïté Sindou avait évalué les besoins de la Côte d'Ivoire pour promouvoir la bonne gouvernance et lutter contre le phénomène à 81 milliards de F CFA (environ 164 millions de dollars). DR ©

Méïté Sindou, le secrétaire d'État ivoirien à la gouvernance et au renforcement des capacités, juge insuffisants les pouvoirs confiés à la haute autorité de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption. Il défendra sa cause devant le président Alassane Ouattara.

Le secrétaire national à la gouvernance et au renforcement des capacités (SNGRC), Méïté Sindou, estime que le gouvernement n’a pas conféré suffisamment de pouvoirs à la haute autorité chargée de cette question et s’apprête à plaider sa cause devant le président Alassane Ouattara en personne. Par ailleurs, il prépare la création, avant la fin de l’année, d’un observatoire de la corruption pour mesurer l’impact du phénomène.

Bonne gouvernance

Selon lui, la Côte d’Ivoire figurerait parmi les 50 pays les plus corrompus du monde. Lors du séminaire sur la lutte contre la corruption organisé par le SNGRC, le Pnud et Transparency International à Abidjan, Méïté Sindou avait évalué les besoins de la Côte d’Ivoire pour promouvoir la bonne gouvernance et lutter contre le phénomène à 81 milliards de F CFA (environ 164 millions de dollars).

Lire aussi :

Côte d’Ivoire : corruption et favoritisme demeurent
Transparence : les pays africains toujours défaillants
Algérie : mandat d’arrêt international contre l’ancien ministre de l’Énergie Chakib Khelil


Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique