Fermer

Chine – Afrique : entre mythes et réalités

Par Jeune Afrique

Jacob Zuma rencontre Hu Jintao au forum de coopération Chine-Afrique, le 19 juillet 2012. © Andy Wong/AFP/Getty Images

La rapidité avec laquelle les relations sino-africaines évoluent suscite des réactions contrastées et alimente des rumeurs plus ou moins fondées.

Ainsi, la Chine a été accusée d’acheter massivement des terres en Afrique avant qu’une étude plus approfondie ne révèle qu’elle n’était propriétaire que de quelques milliers d’hectares. Il en va de même pour les supposées armées de Chinois qui viennent travailler sur le continent, privant la main d’œuvre locale de revenus indispensables. Une chose est sûre, les motivations des investisseurs chinois et l’impact de leur présence sont encore mal compris.

À lire aussi dans Jeune Afrique n°2692-93

L’Afrique idéale Le continent tel qu’on le rêve, puissant, moderne et doté d’infrastructures performantes…

De la science-fiction ? Non, si l’on en juge par les nombreux chantiers censés le projeter dans une nouvelle ère. Dossier spécial de 18 pages.

Tunisie Rached Ghannouchi : « Islam et politique sont indissociables »

Le leader du parti islamiste Ennahdha a accordé une interview à Jeune Afrique. Hier exilé, aujourd’hui très populaire auprès de ses concitoyens, il revient longuement sur sa conception du pouvoir et de la société.

Madagascar. La guerre des clones

En l’espace de quelques jours, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina se sont rencontrés à deux reprises. La fin de la crise malgache ? Pas sûr, tant l’animosité entre les deux hommes est forte, malgré des parcours similaires.

Somalie. Mogadiscio, un air de paix

Après plus de vingt années de guerre civile, la capitale du pays semble revivre. Reportage dans une capitale libérée des milices shebab. Frères d’art Grands-parents, parents, enfants… ils ont choisi d’être artistes. Pour le meilleur et pour le pire. Portraits de familles pas comme les autres.

La Chine a abordé le continent de façon décomplexée et se trouve en partie à l’origine du décollage observé depuis une décennie, à la fois en tant que consommateur de matières premières et en tant que fournisseur de produits de grande consommation et d’infrastructures à moindre coût. Elle est devenue incontournable dans plusieurs pans de l’économie africaine, à commencer par la construction et les industries extractives. Mais il est vrai que les produits chinois, s’ils favorisent les consommateurs, peuvent être mortels pour l’industrialisation du continent et, partant, pour l’emploi. Il en est ainsi du textile, domaine dans lequel la balance commerciale africaine s’est considérablement dégradée durant la dernière décennie.

La main invisible

L’action de l’Empire du Milieu n’est pas aussi coordonnée que certains observateurs aiment à croire. Plus d’un million de Chinois auraient élu domicile sur le continent, mais, de l’exploitant agricole aux ouvriers qualifiés en passant par les hommes d’affaires intrépides et les fonctionnaires, il y a autant de stratégies que d’acteurs. Si l’omniprésence chinoise peut inquiéter, les nations africaines conservent toute leur souveraineté : c’est à elles qu’il incombe de gérer cette relation de la façon la plus équitable possible.

Jeune Afrique vous propose dans son n° 2692-93, en kiosques du 12 au 25 août (en vente deux semaines), un dossier spécial sur les relations entre la Chine et l’Afrique.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici