Fermer

Mali : Cheick Modibo Diarra reconduit au poste de Premier ministre de transition

Cheick Modibo Diarra est contesté par une partie de la classe politique malienne. © Thierry Gouegnon/Reuters

Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, a reconduit Cheick Modibo Diarra au poste de Premier ministre, a annoncé dimanche 12 août au soir la présidence. Très critiqué sur les plans national et international pour son inefficacité présumée, ce dernier a été pressé de "faire des propositions en vue de la formation d'un gouvernement d'union nationale".

Contesté par une partie de la classe politique malienne qui dénonce son « incompétence » et son manque de « stratégie » pour tenter de régler la crise dans le nord du Mali, Cheick Modibo Diarra a été reconduit au poste de Premier ministre de transition, a annoncé la présidence de la République, dans la soirée du dimanche 12 août.

Rentré à Bamako le 27 juillet après deux mois de convalescence à Paris, le président par intérim, Dioncounda Traoré, a renouvelé « sa confiance » à cet astrophysicien de renommée internationale. Cheick Modibo Diarra a cependant été sommé de « lui faire des propositions en vue de la formation d’un gouvernement d’union nationale ». Les postulants doivent se faire connaître mardi au plus tard, mais, selon des informations de Jeune Afrique, la plupart des noms des futurs ministres ont déjà été choisis par la présidence.

Ne sachant pas s’il serait ou non reconduit, Cheick Modibo Diarra refusait de remettre sa démission, étape nécessaire à la nomination d’une nouvelle équipe gouvernementale.

Pour les pays voisins du Mali membres de la de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), la reconquête du nord du pays passe par la mise en place à Bamako d’un pouvoir de transition consensuel qui ait la légitimité et le soutien nécessaires pour le faire. Les chefs d’état-major de Cedeao doivent de nouveau se rencontrer à Bamako lundi pour « finaliser » l’envoi d’une force ouest-africaine. Elle devra se faire sous mandat de l’ONU et à la demande des autorités maliennes.

(Avec AFP)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici