Fermer

Côte d’Ivoire : nouvelle attaque contre les FRCI, à la frontière du Liberia

Un soldat ivoirien patrouille près du village de Saho, à la frontière du Liberia, le 17 juin. © Issouf Sanogo/AFP

Des soldats ivoiriens du poste de Pehekambly, à la frontière du Liberia, ont été attaqués par des hommes en armes venus du pays voisin, lundi 13 août. Le bilan serait d'au moins un mort parmi les FRCI. Le calme est revenu en fin de journée.

La série noire continue pour les Forces républicaines de Côte d’Ivoire. Lundi 13 août, leur position de Pehekambly, à la frontiere libérienne, dans l’Ouest du pays, a été le théâtre d’une violente attaque d’hommes armés venus du Liberia. En milieu d’après-midi, des combats étaient toujours en cours pour repousser les assaillants. Selon nos informations, ils auraient fait au moins un mort  parmi les soldats réguliers et plusieurs blessés grave. Prise en deux feux et paniquée, la population civile s’est refugiée en brousse, selon les autorites administratives de Touleupleu, le chef lieu de département distant d’environ 14 km des combats.

« Notre position à Pehekambly a été attaquée par des hommes venus du Liberia. La porosité de la frontière du côté libérien est à chaque fois une source de préoccupation pour l’état-major des FRCI », a confié un commandant de l’armée ivoirienne dans la région, qui a requis l’anonymat. Les Nations Unies ont dépêché des renforts de Casques bleus dans la zone, de même que les FRCI. Joint par jeune Afrique, le ministre délégué a la Défense, Paul Koffi Koffi, s’est refusé a tout commentaire pour le moment, promettant de faire le point ultérieurement. Face aux nombreuses attaques commises contre l’armée ivoirienne ces derniers mois, le gouvernement a promis d’intensifier le déploiement militaire sur l’ensemble du territoire pour améliorer sa sécurisation.

______

Par Baudelaire Mieu, à Abidjan
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici