Fermer

Éthiopie : décès du Premier ministre Mélès Zenawi

Par Jeune Afrique

Le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, le 27 janvier 2012 à Addis Abeba. © Tony Karumba/AFP

Mélès Zenawi est décédé dans la nuit de lundi 20 à mardi 21 août. Les causes de la mort du Premier ministre éthiopien ne sont pas officiellement connues, mais il souffrait de maladie et n’était pas réapparu en public depuis le mois de juin.

L’annonce est officielle : « Le Premier ministre Mélès Zenawi est décédé hier soir aux environs de minuit », a déclaré le porte-parole du gouvernement éthiopien Bereket Simon. « Il récupérait bien mais tout d’un coup il s’est passé quelque chose et il a dû être emmené d’urgence en unité de soins intensifs et ils n’ont pu le maintenir en vie », a-t-il ajouté.

Les rumeurs qui circulaient sur Mélès Zenawi, au pouvoir depuis 1991, avaient donc raison sur au moins un point : son état de santé était critique. Il n’était pas réapparu en public depuis le mois de juin et des sources diplomatiques avaient affirmé, le 18 juillet, qu’il se trouvait hospitalisé entre la vie et la mort à Bruxelles, en Belgique.

Succession difficile

Bereket Simon n’a pas donné de précisions les circonstances de la mort du Premier ministre mais a indiqué que celui-ci se trouvait « à l’étranger » au moment de son décès, sans dire où.

L’Éthiopie est désormais confrontée à une difficile succession à la tête de l’État. La Constitution éthiopienne est muette en ce qui concerne le constat de vacance ou d’empêchement du chef du gouvernement, et sur les procédures de remplacement le cas échéant. Seule certitude : son article 75 prévoit que le vice-Premier ministre « agit au nom du Premier ministre en son absence », sans autre précision, notamment de durée.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici