Fermer

Nord-Mali : le Mujao interdit la musique occidentale au nom de la charia

Les combattants du groupe islamique Mujao contôlent la ville de Gao. © AFP

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), proche d'Aqmi, veut interdire "la diffusion de toute musique occidentale" dans le Nord-Mali, a annoncé le porte-parole des djihadistes, mercredi 22 août.  

Les islamistes du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) poursuivent leur offensive obscurantiste dans le Nord-Mali.  « Nous, les moudjahidines de Gao, de Tombouctou et de Kidal (les trois régions administratives du Nord, NDLR), nous refusons désormais la diffusion de toute musique occidentale sur les radios en terre d’islam », a déclaré Oussama Ould Abdel Kader, un des porte-parole du groupe, mercredi 22 août.

« Nous ne voulons plus de musique du "Satan". Il faut à la place les versets du Coran. La musique de l’Occident est la musique du "Satan" », a-t-il martelé. « La charia demande ça. Il faut faire ce que Dieu demande », a-t-il ajouté, précisant que le mouvement appliquerait « la sanction de Dieu » contre les réfractaires, sans plus de détail.

"Un moudjahidine est un moudjahidine"

L’interdiction prend effet « à partir d’aujourd’hui [mercredi, NDLR]. Nous avons déjà parlé à des gens qui ont des radios », a-t-il affirmé. Un responsable de radio dans la ville de Gao a confirmé à l’AFP avoir reçu les nouveaux ordres des islamistes au sujet de la musique, tout en refusant de s’exprimer davantage pour des raisons de sécurité. Un autre dirigeant de radio, basé dans la ville de Niafunké, a de son côté dit ne pas avoir reçu de notification par les islamistes, mais par un collègue.

Oussama Ould Abdel Kader n’a pas précisé si l’interdiction était le fait de tous les groupes islamistes présents dans la région, ou seulement du Mujao. « Un moudjahidine est un moudjahidine. Je parle au nom de tous les moudjahidine qui sont ici en terre d’islam », a-t-il dit.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici