Fermer

Guinée : la police disperse une manifestation de l’opposition, 28 militants arrêtés

Une unité anti-émeute à Conakry. © AFP

Une manifestation de l’opposition a été dispersée lundi 27 août par les forces de sécurité guinéennes. Vingt-huit militants auraient été arrêtés, selon un officier de police et un responsable de l'opposition.

Chaude journée à Conakry. Une manifestation de l’opposition a été dispersée lundi 27 août par les forces de sécurité guinéennes. La voiture de l’ancien Premier ministre et leader du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN), Lansana Kouyate, qui participait au rassemblement, a été la cible de tirs de la police, rapporte Associated Press.

"Acte inadmissible"

La police aurait fait usage de gaz lacrymogènes devant la demeure de l’opposant Cellou Dalein Diallo, lieu où la manifestation devait démarrer. Le leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) serait alors monté dans la voiture de Lansana Kouyaté avec d’autres membres de l’opposition dont Sidya Touré et Faya Millimono pour se rendre chez l’ancien Premier ministre dans le quartier de Matoto (banlieue sud-est), quand la police a ouvert le feu. L’ancien Premier ministre a confirmé que son véhicule a été atteint par des projectiles, dénonçant un « acte inadmissible ».

Vingt-huit militants auraient été arrêtés selon un officier de police et un responsable de l’opposition. « 28 de nos militants ont été déjà arrêtés (lundi) et sont en prison à l’escadron de gendarmerie de Matam », a déclaré à l’AFP un des opposants.

D’après Cellou Dalein Diallo, huit militants de son parti, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), avaient déjà été arrêtés dimanche soir. « Ils sont à la gendarmerie, ils ne reçoivent ni eau, ni nourriture. Je leur ai fait parvenir de la nourriture, les gendarmes n’ont pas accepté », a-t-il dit.

(Avec AFP)

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici