Fermer

Football : Didier Drogba en Chine, c’est déjà fini ?

Didier Drogba (g.) et Nicolas Anelka ont été recrutés à prix d'or en Chine. © AFP

L’exil doré de Didier Drogba pourrait avoir (déjà) tourné court. Le footballeur ivoirien, tout comme le Français Nicolas Anelka, pourrait ne plus être payé par le club de Shenhua pour lequel il s’est engagé cet été pour un transfert de 32 millions d’euros. Le président du club, le milliardaire Zhu Jun, menace en effet de ne plus verser les salaires les joueurs étrangers.

Le nouveau « paradis » chinois du football pourrait perdre de son attrait. Deux de ses joueurs vedettes, le Français Nicolas Anelka et l’Ivoirien Didier Drogba risquent en effet de ne plus fouler les terrains de l’Empire du milieu, faute de voir leur salaire honorer par le club de Shenhua.

« Les salaires de Drogba, Anelka et (le Colombien Giovanni) Moreno ne peuvent pas être garantis dans le futur et ils pourraient ne pas disputer les prochains matches », a ainsi déclaré un membre du conseil d’administration au journal Titan Sports.

Des millions en échec

Selon le quotidien sportif, le président du club, le milliardaire Zhu Jun, menace de ne plus payer les joueurs étrangers s’il n’obtient pas la majorité de contrôle qui lui a été promise lors de son arrivée en 2007.

Zhu, qui a fait fortune dans les jeux d’argent sur Internet, n’a pas lésiné sur les moyens : il aurait déjà injecté 75 millions d’euros dans le club, favorisant les recrutements d’Anelka en décembre puis de Drogba en juillet, pour 32 millions d’euros, chacun touchant un salaire hebdomadaire de 240 000 euros.

Des sommes qui avaient assuré une couverture médiatique sans précédent pour le championnat chinois, sans pour autant en améliorer le niveau de jeu. L’équipe de Shenhua occupe une modeste dixième place dans son championnat après 23 matches, à 20 points du leader.

(Avec AFP)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici