Fermer

Algérie : Abdelmalek Sellal nommé Premier ministre à la place de Ahmed Ouyahia

Abdelmalek Sellal, ex-ministre Algérien des Ressources en Eaux, le 29 octobre 2004 à Alger. © Hocine Zaourar/AFP/Archives

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a nommé lundi 3 septembre au soir son ministre sortant des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, au poste de Premier ministre à la place de Ahmed Ouyahia. Le reste du nouveau gouvernement n'est pas encore annoncé.

Enfin. Attendu depuis les élections législatives du 10 mai, largement remportées par le Front de libération national (FLN), le remaniement ministériel a eu lieu lundi 3 septembre au soir en Algérie. Il devrait être assez conséquent, Ahmed Ouyahia cédant ses fonctions de Premier ministre au ministre sortant des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal.

À 64 ans, celui-ci est réputé proche du président Abdelaziz Bouteflika, dont il avait dirigé les deux dernières campagnes présidentielles, en 2004 et en 2009. Doté d’une forte expérience politique, c’est un énarque spécialisé dans la diplomatie, qui a exercé de hautes fonctions locales et occupé plusieurs postes ministériels.

Mais contrairement aux habitudes, le communiqué de la présidence ne donne aucune indication sur la composition du gouvernement, qui devrait cependant intégrer d’anciens ministres et de jeunes hauts fonctionnaires, selon plusieurs sites d’informations locales.

Affaires courantes

Le temps presse : la précédente équipe n’ayant fait qu’expédier les affaires courantes depuis quatre mois, d’autant qu’elle était amputée de six ministres élus députés. Ceux-ci ne pouvaient cumuler les deux fonctions en vertu d’une loi votée fin 2011 dans le cadre des réformes politiques présidentielles. Le retard de la formation du gouvernement « a plongé le pays dans une période d’hibernation et bloqué sa vie politique », a estimé lundi le Premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS, opposition) Ali Laskri.

Ahmed Ouyahia reste le détenteur du record de la longévité au poste de Premier ministre, qu’il a occupé à trois reprises. D’abord entre 1995 et 1998, sous la présidence de Liamine Zéroual, puis sous Bouteflika, une première fois entre 2003 et 2006, et une seconde fois depuis juin 2008, avec une reconduction en avril 2009.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici