Fermer

Inondations meurtrières au Cameroun et au Nigeria

Par Jeune Afrique

Au Nigeria, les inondations frappent surtout les États de l'Adamawa et de Katsina. © AFP

Le dernier bilan des inondations qui sévissent au Cameroun et au Nigeria depuis le début d'août est très lourd : 14 morts sont à déplorer dans le premier pays, 137 dans le second. Les déplacés se comptent par dizaines de milliers. La menace d’une crise alimentaire et de la résurgence du choléra plane maintenant sur les populations des deux États.

Quatorze personnes au moins ont trouvé la mort depuis le début d’août dans les inondations qui frappent le nord du Cameroun, selon l’FAP qui cite plusieurs sources concordantes, dont un bilan des autorités locales. Des milliers de Camerounais ont également dû être déplacés en raison de cette catastrophe naturelle.

Les inondations sont le résultat combinées d’une très forte pluviométrie ainsi que de l’ouverture des vannes d’un barrage à Lagdo, qui a, par ailleurs, directement causé la mort de 10 personnes au Nigeria voisin, d’après le quotidien français Le Figaro. Le journal camerounais La Nouvelle Expression souligne qu’habituellement, le Cameroun ne procède à l’ouverture des vannes qu’à la fin de septembre, mais, cette année, en raison des inondations, le barrage a rapidement été rempli et les autorités ont procédé à l’ouverture dès la fin d’août, favorisant le débordement des cours d’eau de la région.

Dans l’Extrême-nord du Cameroun, région également touchée par des inondations ces dernières semaines, 12 000 à 13 000 sinistrés sont à déplorer, même si aucune victime n’est à signaler d’après Mamadou Moustapha, un responsable local de la Croix Rouge.

Villages détruits

Dans les deux régions, l’eau a complétement détruit de nombreux villages, des campements de pêcheurs ainsi que des cultures, rapporte la presse locale. La situation demeure alarmante puisque plusieurs sources soulignent l’imminence du risque de crise alimentaire et mettent l’accent sur la probable résurgence de certaines maladies, dont le choléra, dans la région.

Le Nigéria, voisin, n’est pas épargné par les caprices des eaux, loin s’en faut. On dénombre 137 morts et 36 000 déplacés dans le pays. Dans les États de l’Adamawa et de Katsina, les pluies incessantes ont entraîné une poussée de choléra, à l’origine de huit morts au minimum et de l’hospitalisation de dizaines de personnes.

Dans un autre bilan, les responsables nigérians des urgences estiment que ce sont pas moins de 120 000 personnes qui ont dû être déplacées dans le seul État d’Adamawa.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici