Fermer

Côte d’Ivoire : Ouattara nomme trois anciens chefs de guerre de la rébellion à la tête de régions sensibles

Alassane Ouattara a procédé à de nombreuses nominations préfectorales. © AFP

Dans le cadre d'une vaste remaniement préfectoral, Alassane Ouattara a nommé en Conseil des ministres, mercredi 26 septembre, trois anciens chefs de guerre de la rébellion des Forces nouvelles (FN) à la tête de trois régions sensibles. Il s'agit d'Ousmane Coulibaly à San Pedro, de Tuo Fozié à Bondoukou et de Koné Messamba à Guiglo.

Selon des sources officielles, le gouvernement ivoirien a nommé trois anciens rebelles des Forces nouvelles préfets de région, mercredi 26 septembre. Le premier, Ousmane Coulibaly dit « Ben Laden » est affecté à San Pedro, deuxième port de Côte d’Ivoire et chef-lieu de la région du Bas-Sassandra. Il était jusque là en charge de la sécurité du quartier de Yopougon, à Abidjan, après avoir régné en tant que commandant de zone à Odienné, la ville où Simone Gbagbo est détenue sous bonne garde depuis la chute de Laurent Gbagbo, en avril 2011.

Le deuxième militaire concerné est Tuo Fozié, nommé à Bondoukou, chef-lieu de la région du Zanzan. Il quitte ses fonctions de chef de l’unité des FRCI chargée de lutter contre le racket. Il était l’ancien directeur des services de police et de gendarmerie des FN et avait été ministre de la Jeunesse et du service civique dans le gouvernement nommé après l’accord de Marcoussis, en mars 2003.

Le troisième nouveau préfet est le commandant Koné Messamba, l’ex-directeur des forces paramilitaires des FN. Celui-ci doit prendre ses fonctions à Guiglo, dans l’Ouest, à la frontière du Liberia, dans la région du Moyen-Cavally. Ces trois nominations ont lieu dans des régions particulièrement sensibles sur le plan sécuritaire. Elles avaient été prévues par l’ancien président Laurent Gbagbo dans le cadre de la réinsertion des anciens rebelles, mais n’avaient jamais été effectuées.

________

Par Baudelaire Mieu, à Abidjan

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici