Fermer

RDC – Rwanda : une médiatrice nommée Hillary Clinton

Hillary Clinton plaide pour "la traduction devant la justice des chefs du M23". © Reuters

La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a rencontré les présidents Joseph Kabila (RDC) et Paul Kagamé (Rwanda), lundi 24 septembre, avant la 67e Assemblée générale de l'ONU, à New-York. Elle essaie de les convaincre de négocier pour trouver une solution pacifique à la crise du Nord-Kivu, qui s'enlise.

Les tensions entre la RDC de Joseph Kabila et le Rwanda de Paul Kagamé inquiètent de plus en plus les États-Unis. Qui ont décidé d’intervenir au plus au niveau, après avoir suspendu leur coopération militaire avec le Rwanda, accusé par un rapport de l’ONU de soutenir la rébellion du Mouvement du 23 Mars (M23) au Nord-Kivu.

Et c’est la secrétaire d’État américaine qui tente en personne d’amener Kabila et Kagamé à de « à négocier pour mettre fin au conflit des rebelles de l’est de la RDC », a indiqué mercredi à l’FAP un haut responsable américain. Elle a notamment rencontré, lundi 24 septembre, les deux présidents pour des entretiens en commun, avant la 67e Assemblée générale de l’ONU, à New-York.

"Dialogue honnête"

« La ministre a souligné la nécessité d’un dialogue honnête et nourri entre les deux pays afin de parvenir à un règlement politique », a-t-on précisé à Washington. La secrétaire d’État a néanmoins souligné que toute solution passerait par « la traduction devant la justice des chefs du M23 et que les deux pays devaient s’engager à respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’autre ».

Le Rwanda a démenti – sans convaincre – tout soutien au M23 dirigé par Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale (CPI). Kigali a accusé en retour Kinshasa de soutenir un groupe de rebelles hutus, le Front démocratique de libération du Rwanda (FDLR), qui opère également dans l’est de la RDC. Le conflit actuel a fait plus de 500 000 civils déplacés.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici