Fermer

États-Unis : la vidéo coup de poing de Samuel L. Jackson pour assommer Mitt Romney

Écrit par Mathieu Olivier

Samuel Lee Jackson est un soutien actif de Barack Obama. © Capture d'écran

Sale temps pour Mitt Romney. Empêtré dans une campagne en perte de vitesse, multipliant les gaffes, le candidat républicain à la présidentielle est la cible d’une nouvelle vidéo, dans laquelle apparaît Samuel Lee Jackson. L’acteur se donne pour mission de "réveiller" l’électorat de Barack Obama pour empêcher l’élection du candidat républicain.

Samuel Lee Jackson n’a pas changé. Supporteur d’Obama en 2008, il l’est resté quatre ans plus tard. Et il n’en fait pas mystère. Dans une vidéo de près de quatre minutes, il fait clairement campagne en faveur du candidat démocrate et secoue les électeurs de Barack Obama qui se sont, selon lui, endormis depuis la dernière élection.

 

 

« Wake the fuck up ! » (« Réveillez-vous, p… ! »), lance-t-il ainsi à une famille d’Américains ramollis, aidé par la cadette de la famille qui ne parvient pas à dormir, effrayée par la possibilité de l’élection de Mitt Romney. « Désolé, mes amis, mais on n’a pas le temps de s’endormir. Un millionnaire intouchable vient de déclarer la guerre. Sur l’école, l’environnement, les syndicats, un salaire équitable, on se retrouvera tout seul si Romney réussit, et il est contre la protection sociale : si vous tombez, pas de chance. Donc je vous conseille vivement de vous bouger les fesses. »

Plus serré que prévu ?

Toute la famille y passe. Frère, sœur aînée, et même grands-parents surpris en train de fricoter sur le lit et qui, si Romney était élu, se ferait « sucrer » Medicare, la couverture médicale mise en place par Barack Obama.

Le soutien de Samuel Lee Jackson au président sortant n’a rien d’étonnant tant Hollywood reste un bastion démocrate. Financé par le Jewish Council for Research and Education de Alexander Soros (fils de George), le film, diffusé uniquement sur Internet, a pour but de remobiliser les partisans de Barack Obama dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle. Si les bourdes successives de Romney ont sérieusement entamé ses chances, le scrutin pourrait être plus serré que prévu. Dans le camp démocrate, on est, semble-t-il, jamais trop prudent.

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

La vidéo dite "des 47%". Mitt Romney estime que près de la moitié des Américains, c’est à dire l’électorat de Barack Obama, selon lui, sont des assistés.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici