Fermer

Mali : les États-Unis envisageraient d’envoyer leurs drones contre Aqmi

Le principal conseiller de Barack Obama pour l'antiterrorisme, John Brennan, le 8 août 2012. © AFP

D'après le "Washington Post" du mardi 2 octobre, les proches conseillers du président Obama réfléchissent à des bombardements contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) par des drones américains. La Maison-Blanche n'a pas confirmé l'information.

Les drones américains, utlisés de manière croissante par l’administration Obama au Pakistan ou en Somalie, pourraient bientôt être opérationnels dans le ciel malien – s’ils ne le sont déjà. Dans son édition du mardi 2 octobre, le quotidien Washington Post affirme en effet que les autorités américaines ont engagé une réflexion sur de possibles bombardements de drones dans le nord du Mali contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Le journal assure que le principal conseiller du président Barack Obama pour l’antiterrorisme, John Brennan, mène l’évaluation de la situation dans la région en coopération avec le département d’État et le Pentagone. Il examinerait aussi la possibilité d’une intervention américaine pour lutter contre ces groupes extrémistes.

Le recours par les États-Unis à des drones, déjà opérationnels contre des groupes islamistes armés dans des pays comme le Pakistan, le Yémen ou la Somalie, est également à l’étude, indique le Post, citant des responsables américains sous le couvert de l’anonymat.

Sollicité par l’AFP, un porte-parole de la Maison Blanche n’a pas démenti la tenue de réunions spécifiquement consacrées au Mali et à Aqmi, mais a refusé d’entrer dans les détails.

Intervention armée "bien préparée"

« Ce ne devrait pas être une surprise que la Maison Blanche organise des réunions sur toute une série de questions, dont des dossiers d’antiterrorisme. Le président a clairement énoncé son objectif de détruire le réseau d’Al-Qaïda et nous y oeuvrons tous les jours », a expliqué Tommy Vietor, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. « Nous n’entrerons pas dans les détails de ces discussions ou des préconisations » qui en sortent, a-t-il ajouté.

Lundi, un haut responsable de la diplomatie américaine avait affirmé que les États-Unis seraient prêts à soutenir une intervention armée « bien préparée » et menée par des pays africains dans le nord du Mali pour en expulser les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda. « Il devra y avoir à un certain moment une action militaire » contre les extrémistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) installés dans le nord du Mali, avait ainsi déclaré le plus haut responsable de l’Afrique au département d’État américain, Johnnie Carson.

Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a appelé samedi les Occidentaux, et au premier chef la France, à intervenir militairement dans le nord du Mali en envoyant avions et forces spéciales.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici