Fermer

Maroc – Espagne : une relation « qui s’intensifie »

Le chef du gouvernement du Maroc a accueilli son homologue espagnol à l'aéroport de Rabat. © AFP

La première rencontre de haut niveau entre les royaumes du Maroc et d'Espagne depuis 2008 s'est achevée mercredi 3 octobre. Le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, et son homologue espagnol ont insisté sur la nécessité "de relations profondes, solides et fructueuses" entre les deux pays.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a quitté mercredi 3 octobre le Maroc, au terme d’une visite de travail à la tête d’une importante délégation ministérielle. Il s’agissait de la 10e réunion de haut niveau entre les deux royaumes, mais c’est aussi la première depuis 2008.

Lors d’une conférence de presse commune, en début de soirée, le Premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane et son homologue espagnol ont insisté sur la nécessité « de relations profondes, solides et fructueuses » entre les deux royaumes.

Cette rencontre qui marquait le 20e anniversaire du traité de « bon voisinage » signé entre les deux pays, a vu la signature de huit accords bilatéraux. Ils portent notamment sur la suppression des visas pour les passeports de service et un mémorandum visant à la simplification des procédures pour certaines catégories socio-professionnelles. Outre un partenariat en matière de coopération culturelle, éducative et sportive, un autre accord concerne le transport routier, à la fois des voyageurs et des marchandises.

Mercredi, Abdelilah Benkirane, s’est entretenu lors d’un déjeuner commun avec Mariano Rajoy après l’avoir accueilli à son arrivée à l’aéroport de Rabat-Salé peu avant 10 heures (10 heures GMT). Après avoir assisté à l’ouverture d’une rencontre entre des dirigeants d’entreprises marocaines et espagnoles, les deux hommes ont présidé les travaux de la réunion entre les deux pays, rapporte l’Agence marocaine de presse (MAP).

Le chef du gouvernement espagnol a également été reçu par le roi Mohammed VI dans l’après-midi.« Je suis convaincu que nos relations qui s’intensifient de plus en plus (…), seront bénéfiques », a déclaré Mariano Rajoy à l’issue de son entretien.

Contexte favorable

« C’est une occasion propice pour faire le bilan, consolider les acquis et jeter les bases pour une nouvelle étape au cours de laquelle est célébré, en outre, le 21e anniversaire du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération et qui institutionnalise ces réunions », indiquait mercredi un communiqué du gouvernement espagnol.

L’Espagne, qui compte la deuxième communauté marocaine au monde après la France, est le deuxième partenaire commercial du Maroc. Elle est même devenue en janvier son premier partenaire économique, alors que 20 000 de ses PME exportent vers le royaume chérifien.

Cette rencontre est intervenue dans un contexte plutôt favorable dans les relations maroco-espagnoles, en dépit de contentieux diplomatiques historiques telle la question des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla sur le continent africain. Un sit-in prévu en matinée devant le consulat d’Espagne à l’appel du « comité de coordination pour la libération de Ceuta et Melilla » a été interdit, ont indiqué des organisateurs à un photographe de l’AFP.

(Avec Agences)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici