Fermer

RDC – Affaire Chebeya : la justice belge déboute le général Numbi et autorise l’affiche du film de Thierry Michel

Par Jeune Afrique

L'affiche du film de Thierry Michel. © DR

Le général Numbi avait saisi la justice belge, estimant que l’affiche du film de Thierry Michel sur l’affaire Chebeya portait atteinte à son "honneur". Sa plainte a été déboutée, mercredi 3 octobre. Un soulagement pour le réalisateur, qui reste cependant préoccupé par la "campagne d’intimidation" menée contre lui par l’ancien chef de la police congolaise.

Le général congolais John Numbi Banza Tambo a été débouté, mercredi 3 octobre, par un tribunal belge. L’ancien chef de la police de la République démocratique du Congo (RDC) avait déposé une plainte qui réclamait l’interdiction de l’affiche du film, réalisé par le Belge Thierry Michel, sur le procès des assassins présumés du militant congolais des droits de l’Homme, Floribert Chebeya, en 2010 à Kinshasa.

Le général, aujourd’hui suspendu, avait saisi le tribunal des référés de Liège, dans le sud-est de la Belgique, parce qu’il apparaît en photo au centre de l’affiche dudit documentaire, intitulé L’affaire Chebeya, un crime d’Etat ?

Pour le plaignant, l’affiche « nuit gravement à son honneur » car elle sous-entendrait, selon lui, qu’il a été le commanditaire de l’assassinat de Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana. Le général, qui était alors le chef de la police de RDC, a fait valoir qu’il n’était pas poursuivi par la justice congolaise, contrairement à plusieurs de ses anciens subordonnés.

"Liberté d’expression préservée"

John Numbi s’indignait aussi que le documentaire cherche, selon lui, à exploiter commercialement son image. Mais le juge Philippe Glaude a fait savoir, dans une ordonnance, qu’il estimait que ce n’était pas le cas et que le film litigieux paraisssait représenter une information sur l’affaire. D’autre part, il a indiqué que l’affiche, avec son titre interrogatif, présentait un « équilibre acceptable ». Eu égard à ces éléments, le magistrat a déclaré la demande d’interdiction de l’affiche « non fondée ».

Interrogé par l’AFP à l’issue de l’examen de la plainte par le tribunal, Thierry Michel a fait part de sa satisfaction et de son soulagement. « La liberté d’expression est préservée par la justice belge », s’est-il réjoui, se disant néanmoins « préoccupé car la campagne d’intimidation lancée par le général Numbi a porté ses fruits en RDC. Je m’inquiète donc pour les journalistes congolais ».

Prochaine audience de l’affaire Chebeya le 23 octobre

Le général Numbi étudie la possibilité d’interjeter la décision du tribunal en appel, a annoncé son avocat, Me Emmanuel De Watger, à travers un communiqué.

Reportée, la prochaine audience du procès en appel des policiers accusés de l’assassinat de Chebeya se tiendra le 23 octobre, après le sommet de la Francophonie qui se déroulera à Kinshasa dix jours plus tôt. La Haute cour militaire devra notamment faire savoir si elle autorise la comparution du général Numbi, présenté comme le suspect numéro un dans l’affaire Chebeya par les parties civiles.

Dans le film, sorti dans les salles belges et françaises, mais toujours pas en RDC, le témoignage inédit de Paul Mwilambwe, l’un des policiers jugés par contumace, met personnellement en cause le général Numbi.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici