Fermer

Crise au Nord-Kivu : Kinshasa poussé à négocier avec le M23 ?

Joseph Kabila, le 8 octobre 2012 à Kampala. © Isaac Kasamani/AFP

Lors de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), qui a eu lieu lundi 8 octobre à Kampala, l’Ouganda et l’Angola ont pris position pour qu’un dialogue soit ouvert entre les rebelles du M23 et les autorités congolaises.

Le quatrième sommet de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), qui a eu lieu lundi 8 octobre à Kampala, n’a accouché d’aucune mesure concrète, mais les appels au dialogue entre les rebelles du Mouvement du 23 mars et les autorités congolaises s’y sont fait plus pressants.

Le président ougandais Yoweri Museveni aurait chargé son ministre de la Défense, Chrispus Kiyonga, de convaincre Kinshasa de dialoguer avec la rébellion qui contrôle un territoire important du Nord-Kivu, rapporte Reuters qui affirme que l’information a été confirmée par une source à la présidence ougandaise.

"Force négative"

L’idée d’un dialogue avec le M23, encore considéré en juillet comme une « force négative », semble faire son nid au sein des membres de la CIRGL, puisque le ministre angolais de la Défense, Candido Pereira dos Santos Van-Dunem, a affirmé mardi 9 octobre dans un communiqué que son pays avait défendu cette position lors sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CIRGL.

« La République d’Angola défend le principe de dialogue pour la solution du conflit à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), ceci pour le bénéfice des populations locales souffrantes, aussi bien que pour la sous-région australe en général », indique cette note.

Le ministre angolais de la Défense avait participé samedi et dimanche, à la réunion des ministres de Défense des États membres de la CIRGL, dont  le principal objectif  était  d’analyser la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC.

Refus congolais

Les autorités de Kinshasa refusent officiellement toute négociation avec le M23 et ont déclaré qu’elles ne comptaient pas faire évoluer sur ce point. « Le M23 a été condamné comme étant une force négative par la CIRGL… Nous n’avons absolument pas changé d’avis », a réagi le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Membe.

Les rebelles, dont une délégation était présente à Kampala, assure vouloir « discuter avec le gouvernement de Kinshasa ». « Nous avons rencontré le président ougandais et nous le rencontrerons de nouveau demain (mercredi), mais il n’a pas réussi à nous organiser une réunion directe avec la délégation congolaise », a déclaré à Reuters un représentant du M23 Bertrand Bisimwa.

(Avec Agences)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici