Fermer

Cameroun – Carlos Kameni : « Le retour d’Eto’o est une bonne chose »

Carlos Kameni, gardien de l'équipe du Cameroun. © AFP

Carlos Kameni n’envisage rien d’autre qu’une qualification du Cameroun pour la CAN 2013 face au Cap Vert le 14 octobre à Yaoundé (0-2 à l’aller). Et le gardien des Lions indomptables, guère surpris par l’éviction de Denis Lavagne, voit d’un bon œil les retours d’Eto’o, Makoun ou Webo.

Jeune afrique : Avez-vous été étonné du remplacement de Denis Lavagne par Jean-Paul Akono, quelques jours après la défaite au Cap Vert ?

Carlos Kameni : Non, pas vraiment. Dans ces circonstances, c’est toujours l’entraîneur qui est visé. Et puis, nous savons tous que les relations entre la Fédération, qui avait choisi Denis Lavagne, et le ministère des Sports ne sont pas très bonnes. Mais une chose est certaine : le sélectionneur n’était pas responsable des tensions qui existent entre certains joueurs. Et ces tensions ont des conséquences sur le terrain.

Fallait-il préparer ce match à Yaoundé, dans un contexte obligatoirement pesant ?

Bien sûr ! On joue à Yaoundé, il est normal de s’y préparer. Il y aura de la pression, mais on doit être capable de l’assumer et de la supporter.

Samuel Eto’o  a accepté de revenir en sélection, tout comme Jean II Makoun. Webo et Womé ont également été rappelés. On dit aussi que vos relations avec Eto’o ne sont pas toujours simples…

(Il coupe) C’est une bonne nouvelle. On a besoin des meilleurs pour se qualifier. Et j’ai des relations tout à fait normales avec Samuel ! Aujourd’hui, le plus important, c’est la qualification. On doit tous être concentrés sur cet objectif. Moi, je n’envisage pas une élimination, qui serait un véritable drame ! Nous respectons le Cap Vert, mais une équipe comme le Cameroun doit pouvoir se qualifier.

Une qualification ne règlerait pas tous les problèmes de la sélection…

Non, mais au moins, il est plus facile d’avancer quand on gagne. Le Cameroun traverse une période difficile, mais cela arrive à tous les clubs et à toutes les sélections. Une qualification ne règlerait pas tout, mais cela permettrait d’améliorer certaines choses.

___

Propos recuillis par Alexis Billebault

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici