Fermer

Espérance de Tunis-TP Mazembe : une seule place pour la finale de la Ligue des champions

La demi-finale de la Ligue des champions aura lieu le 21 octobre à Rades. © AFP

A priori, l’Espérance de Tunis, avec le match nul (0-0) ramené de Lubumbashi le 7 octobre, semble la mieux placée pour se qualifier pour la finale de la Ligue des Champions, samedi 21 octobre (19 heures) à Rades en Tunisie. Sauf que le TP Mazembe a presque toujours marqué à l’extérieur cette année dans cette compétition.

Nabil Maaloul et Lamine N’Diaye n’ont pas la même approche sur la proximité entre le dernier tour qualificatif pour la CAN 2013, disputé le week-end dernier, et la demi-finale de la Ligue des Champions, le 21 octobre, qui laissera sur le bord du chemin un des vainqueurs des trois dernières éditions. « Pour moi, avoir des joueurs retenus en sélection une semaine avant une telle échéance, ce n’est pas l’idéal pour se préparer,  constate l’entraîneur Espérantiste, même si seuls Hichri et Mouelhi ont joué avec la Tunisie contre la Sierra Leone (0-0) et Afful avec le Ghana au Malawi (1-0), d’où il est revenu blessé. »

Match ouvert

Ce n’est pas l’avis de Lamine N’Diaye, lui aussi obligé de composer avec les absences des internationaux zambiens ou congolais. « Personnellement, je trouve cela intéressant, car ceux qui ont joué avec la Zambie en Ouganda (0-1, 9-8 aux t.a.b) ou la RDC en Guinée Equatoriale (1-2), ont disputé un match de haut niveau, et cela leur a permis de conserver du rythme. Les entraînements, c’est bien, mais rien ne vaut la compétition », détaille l’entraîneur sénégalais des Corbeaux.


Il faudra vite les contrer, ne pas leur laisser le ballon et essayer d’isoler Mputu.

Nabil Maaloul, Entraîneur de l’Esperance Tunis

Au-delà de ce débat sur les petites tracasseries du calendrier, c’est une place en finale de la Ligue des Champions qui va se décider samedi à Rades, dans la banlieue de Tunis, où 25 000 à 30 000 spectateurs sont attendus (pour des raisons de sécurité, la CAF a décidé de ne pas ouvrir totalement le stade, qui peut accueillir 65 000 personnes, NDLR). Et le match nul obtenu au Katanga (0-0) par l’Espérance n’est pas un passeport assuré pour l’ultime étape face au vainqueur d’Al-Ahly-Sunshine Stars (3-3 à l’aller au Nigeria).
« Le match sera forcément plus ouvert qu’à l’aller. Nous devrons marquer, mais les Congolais aussi. Et cette équipe a presque toujours inscrit au moins un but lors de ses déplacements cette année en Ligue des Champions (Ndlr : quatre fois en cinq matches à l’extérieur), note Maaloul. Il faudra vite les contrer, ne pas leur laisser le ballon et essayer d’isoler Mputu, dont l’influence sur leur jeu est très grande. »

"Mazembe sait défendre"

Les Congolais, et N’Diaye en tête, s’attendent évidemment à ce que l’Espérance « présente un visage beaucoup plus offensif qu’à l’aller. Mon équipe aime aller de l’avant, mais elle est aussi capable de défendre, et de bien défendre quand il le faut. » La dernière visite des Corbeaux à Rades s’était achevée dans un certain désordre, mais avec un nouveau titre de champion d’Afrique au bout de la nuit. C’était le 13 novembre 2010, et ce soir là, Mazembe, après son écrasant succès de l’aller (5-0), avait obtenu un match nul (1-1) lors de la finale retour de la Ligue des Champions. Le genre de résultat qui suffirait amplement à son bonheur…

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici