Fermer

Depuis Paris, Mohamed Ould Abdelaziz présente ses voeux aux Mauritaniens pour l’Aïd el-Kébir

Ould Abdelaziz a invité ses opposants à l'ouverture et à l'apaisement. © Capture d'écran/You Tube

Dans la soirée du jeudi 25 octobre, le président Mohamed Ould Abdelaziz a adressé depuis Paris un message aux Mauritaniens, à l’occasion de l’Aïd-el-Kébir. Selon nos informations, aucune date de retour à Nouakchott n’est fixée pour le moment.

Depuis Paris, le président Mohamed Ould Abdelaziz a tenu à adresser par écrit un message aux Mauritaniens à l’occasion de l’Aïd-el-Kébir. Le 25 octobre, à 20 heures locales, son texte a été lu en direct par un journaliste à la télévision nationale. « Aziz » a remercié les Mauritaniens pour le soutien qu’ils lui ont apporté, après qu’il a été blessé par balle « par erreur » à l’abdomen par un jeune lieutenant de l’armée de l’air, dans la soirée du 13 octobre.

Il en a également profité pour faire un geste en direction de ses opposants, les invitant à l’ouverture et à l’apaisement. Enfin, il a simplement précisé que son état de santé s’améliorait, sans plus de précisions.

Prière collective

Avant lui, aucun de ses prédécesseurs n’avait manqué la prière collective, le matin de la fête, qui a été exceptionnellement dirigée par le Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdhaf.

Selon ses proches, Mohamed Ould Abdelaziz se remet bien et ne reçoit plus de visites quotidiennes des médecins, qui lui ont retiré tous ses pansements le 25 octobre. Il continue de se reposer dans une résidence privée, dont le lieu est tenu secret. Sa femme et deux de ses plus jeunes enfants – un garçon et une fille de 3 ans – sont auprès de lui. Pour le moment, aucune date de retour à Nouakchott n’est prévue. Mais une chose est sûre : il ne voyagera pas avant dimanche soir. 

Ci-dessous, la vidéo du message du président Mohamed Ould Abdelaziz, lu à la télévision nationale mauritanienne, jeudi 25 octobre. 

___

Justine Spiegel (@JustineSpiegel)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici