Fermer

Côte d’Ivoire – CPI : Laurent Gbagbo reste en détention

Laurent Gbagbo, le 5 décembre 2011, à La Haye, devant la Cour pénale internationale. © AFP

La demande de remise en liberté provisoire déposée le 1er mai par la défense de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, a été de nouveau rejetée par la Cour pénale internationale (CPI), vendredi 26 octobre, lors d’une audience publique à la Haye.

Pour la Cour pénale internationale (CPI), Laurent Gbagbo est en assez bonne santé pour assister à son procès. La demande de remise en liberté provisoire déposée le 1er mai par la défense de l’ancien président ivoirien, âgé de 67 ans, a été de nouveau rejetée par la cour, vendredi 26 octobre, lors d’une audience publique à la Haye.

« Il est approprié de confirmer la décision contestée car elle n’a été affectée d’aucune erreur », a déclaré la juge Sanji Mmasenono Monageng. Celle-ci a notamment indiqué que la CPI avait reçu des preuves montrant que des avoirs de Laurent Gbagbo ou de sa femme n’avaient pas été gelés, contestant un des arguments – l’indigence – avancés par la défense.

Confirmation des charges

La défense assurait également que la remise en liberté provisoire de Laurent Ggagbo lui permettrait de « récupérer physiquement et moralement, ce qui lui permettra d’être en forme pour participer à la procédure judiciaire ». La même requête avait déjà été réfutée en juillet par les juges, mais Laurent Gbagbo avait interjeté appel.

Initialement prévue le 18 juin puis reprogrammée au 13 août, l’audience de confirmation des charges pesant contre l’ancien président ivoirien, préalable à la tenue d’un éventuel procès, a été reportée sine die dans l’attente d’une évaluation médicale.

(Avec AFP)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici