Fermer

Après avoir été reçu par Hollande, Ould Abdelaziz est attendu samedi en Mauritanie

Mohamed Ould Abdelaziz et François Hollande, le 20 novembre, à l'Élysée. © Présidence de la République/Christelle ALIX

Amaigri mais en forme, toujours convalescent après une blessure par balle, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a été reçu par son homologue français François Hollande, mardi 20 novembre à l'Élysée. Il doit regagner son pays le 24 novembre.

Prévue depuis plusieurs semaines mais sans cesse reportée, la rencontre entre le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz et son homologue français François Hollande a enfin eu lieu le 20 novembre, à 11 heures. Vêtu d’un costume bleu foncé, « Aziz » s’est montré sur le perron de l’Élysée très amaigri, mais visiblement en bonne santé. C’est la première fois qu’il apparaît en public depuis qu’il a été transféré en France le 14 octobre, après avoir été officiellement blessé par balles à l’abdomen aux environs de la capitale Nouakchott, à la suite d’une méprise d’un jeune lieutenant de l’armée de l’air. Il fait ainsi taire les rumeurs qui le disaient toujours hospitalisé à l’hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), dans un état critique.

Au cours de l’entretien, qui a duré une dizaine de minutes, François Hollande a réitéré son soutien aux actions engagées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et de l’Union Africaine (UA), afin d’apporter leur soutien au Mali. Il a également rappelé le « rôle actif » de la France au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, en vue de l’adoption d’une résolution, au cours du mois de décembre, autorisant le déploiement d’une force africaine au Mali. Enfin, les deux chefs d’État se sont mis d’accord sur le refus de dialoguer avec les groupes terroristes.

Retour en jet privé affrété par la France

Mohamed Ould Abdelaziz regagnera la Mauritanie le 24 novembre, en fin d’après-midi. La présidence mauritanienne a d’ailleurs déjà reçu des instructions, afin de préparer son arrivée. Selon ses proches, il voyagera avec sa famille à bord d’un jet privé, affrété par la France. Paris avait d’ailleurs déjà pris en charge son évacuation vers Clamart dans la matinée du 14 octobre. Sa présence, le 25 novembre, à la fête de l’armée mauritanienne n’est pas encore confirmée. Mais il devrait assister, le 28 novembre, à la fête nationale de l’Indépendance.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici