Fermer

RDC : l’ONU envisage d’utiliser des drones français et américains

L'ONU a demandé à la France et aux États-Unis de lui fournir des drones. © AFP

L’ONU a indiqué qu’elle envisageait d’utiliser des drones pour la première fois afin de surveiller l’est de la RDC, où la rébellion du M23 a lancé son offensive. Des responsables des Nations unies ont pris contact avec les gouvernements congolais et rwandais.

Les Nations unies « examinent toute une série de mesures pour renforcer les capacités de la Monusco afin de protéger les civils des groupes armés présents dans cette vaste zone de l’est de la RDC », a expliqué Kieran Dwyer, porte-parole du département de maintien de la paix de l’ONU.

« Utiliser des aéronefs non armés, des drones, pour surveiller les mouvements de ces groupes est un des outils que nous envisageons », a-t-il ajouté. « Bien sûr, nous le ferions avec prudence, en totale coopération avec le gouvernement congolais, et en choisissant les moyens de surveillance les plus efficaces pour aider à appliquer notre mandat de protection des civils », a-t-il assuré.

Un sujet controversé

Alors que l’ONU accuse le Rwanda et l’Ouganda de soutenir en sous-main la rébellion du mouvement du 23 mars (M23), des diplomates de l’organisation ont pris contact avec le gouvernement rwandais et congolais afin de discuter de cette intiative. « C’est un sujet controversé, les pays ne sont pas tous d’accord là-dessus », a ainsi souligné Olivier Nduhungirehe, premier conseiller à la mission du Rwanda auprès de l’ONU.

L’organisation s’est également rapprochée de la France et des États-Unis afin que ces deux pays lui fournissent les drones qui pourraient selon elle aider à la surveillance et la sécurisation des frontières. L’ONU envisage également d’augmenter les effectifs de la Monusco, qui passeraient à 19 500 hommes. Son secrétaire général, Ban Ki Moon, doit présenter bientôt ces propositions au Conseil de sécurité où, outre les États-Unis et la France, le Rwanda siège en tant que membre non-permanent.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici