Fermer

Afrique du Sud : une publicité brocardant Jacob Zuma censurée par la télévision publique

Par Jeune Afrique

Capture d'écran de la publicité de Fish and Chips Co. © Capture d'écran/Youtube

Les publicités satiriques visant - même gentiment - le président Jacob Zuma n'ont pas leur place sur le réseau de télévision publique de l'Afrique du Sud (SABC). La chaîne d'alimentation Fish and Chips Co. l'a appris à ses dépens.

Cette publicité d’une trentaine de secondes montre le président Zuma à table dans sa luxueuse résidence avec sa nombreuse famille en train d’apprécier les produits de la chaîne à prix modestes Fish and Chips Co.

On y voit ainsi le président sortant, dont la réélection à la tête de son parti semble assurée malgré son impopularité croissante, invitant ses quatre femmes et 21 enfants à partager un repas que la réclame prétend si abordable que même le ministre des Finances l’approuverait, selon elle.

Voir la publicité sur YouTube :

Une annonce "de bon goût"

La publicité peut être vue sur Internet. Mise en ligne lundi 26 novembre sur YouTube, la vidéo avait déjà attiré près de 20 000 clics en fin de journée mardi. Mais « vous ne pourrez pas la regarder (…) sur la SABC parce qu’elle l’a interdite », a déploré l’agence MetropolitanRepublic sur son site web, affirmant qu’il était « tout à fait présomptueux de leur part (à la SABC) d’exercer une censure ».

« Nous ne croyons pas que c’est choquant, c’est une parodie, c’est satirique. Nous pensons que l’annonce est de bon goût, a renchéri le PDG de la chaîne, Carlo Gonzaga. Le message de notre publicité, c’est que si vous avez beaucoup de bouches à nourrir et vous n’avez pas beaucoup d’argent, (allez) chez Fish and Chips Co.»

Jacob Zuma, âgé de 70 ans, est au centre de plusieurs scandales auxquels la publicité fait référence, à commencer par le premier plan montrant de sa luxueuse résidence, Nkandla, dans son village natal du KwaZulu-Natal, dans l’est du pays, dont la facture des travaux de rénovation est payée par les contribuables.

Pommeau de douche

Une fontaine en pommeau de douche y est aussi représentée, en allusion à son procès pour viol en 2005. Il avait expliqué avoir pris une douche en guise de protection après avoir eu une relation sexuelle non protégée avec une femme infectée du virus du sida, et l’homme est, depuis, toujours représenté coiffé d’un pommeau de douche par un caricaturiste du pays, Zapiro.

« Pour faire passer notre message, nous avons choisi quelque chose qui est dans l’actualité. Il ne s’agit pas de violence, la publicité n’exprime aucune opinion politique, elle ne se prononce pas sur Nkandla, elle ne marginalise pas les minorités… il n’y a pas de sexe », a ajouté M. Gonzaga.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici