Fermer

Football – Togo : malgré la crise au sein de la sélection, Didier Six « n’abdique pas »

Didier Six, sélectionneur de l'équipe du Togo. © AFP

Depuis qu’Emmanuel Adebayor a annoncé son forfait pour la CAN 2013 en Afrique du Sud (19 janvier-10 février), le Togo navigue à vue. Certains joueurs envisageraient d’imiter l’attaquant de Tottenham, et Didier Six, le sélectionneur des Éperviers multiplie les contacts pour savoir sur qui il pourra compter. Ce qui ne l’empêche pas de se poser aussi des questions.

Jeune Afrique : pensez-vos que le forfait d’Emmanuel Adebayor est définitif ?

Didier Six : Je lui ai posé la question. Il m’a dit que oui, que sa décision était irrévocable. Je prends acte, même si, au fond de moi, j’espère qu’il changera d’avis.

Tente-t-il de régler des comptes avec la fédération et éventuellement avec le gouvernement ?

C’est à lui qu’il faut poser la question.

Avez-vous eu l’occasion de parler avec d’autres joueurs de la sélection, et notamment les cadres ?

Oui, je passe beaucoup de temps au téléphone. C’est une situation compliquée. La tendance actuelle, c’est que la plupart des joueurs ne veulent pas se priver de cette CAN. Ils sont très attachés à leur pays et au maillot du Togo.

Certains d’entre eux évoquent une mauvaise ambiance…

L’ambiance au sein du groupe est bonne et saine, pourtant.

Oui, je me réserve une porte de sortie

Votre démission est-elle envisageable ?

Je suis dans une phase d’action, mais aussi de réflexion. En début de semaine, j’étais en Allemagne pour régler les détails concernant les équipements avec Puma. Vendredi, je dois me rendre à Accra (Ghana), pour organiser le stage que nous effectuerons là-bas en janvier. Et ensuite, je me rendrai en Afrique du Sud pour voir notre camp d’entraînement. Mais en fonction des évènements, oui, je me réserve une porte de sortie.

Avez-vous eu l’occasion de vous entretenir avec Gabriel Ameyi, le président de la Fédération Togolaise de Football ?

Bien sûr. Il a conscience de la situation. Je lui ai demandé que tout soit fait pour mettre la sélection dans les meilleures dispositions. J’ai été joueur, et je sais ce dont ils ont besoin. Autrement dit, je lui ai demandé de prendre position sur toutes les questions concernant la préparation, les voyages, l’hébergement, les conditions d’entraînement, etc…

Et pour les primes ?

J’ai rencontré le Premier ministre (Arthème Ahoomey-Zunu, NDLR) et le ministre des Sports (Bakalawa Fofana, NDLR) à ce propos, et on doit se revoir prochainement. Il faut que tout soit fait pour que le Togo puisse aller en Afrique du Sud dans les meilleures conditions. Et que tout soit donc réglé avant le 10 décembre. Dans mon esprit, je n’abdique pas face à une situation dont je ne suis pas responsable. Mais j’ai le droit de me poser certaines questions, et mettre tout en place pour que les joueurs aient la meilleure préparation, même en laissant de côté mes problèmes personnels au Togo.

___

Propos recueillis par Alexis Billebault
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici