Fermer

Bénin : Patrice Talon, un homme sous pression

Patrice Talon est accusé d'avoir tenté d'empoisonner le président du Bénin. © AFP

Interpellé le 5 décembre à son domicile parisien puis déféré au Parquet, Patrice Talon n’aura finalement passé qu’une nuit en détention. Placé sous contrôle judiciaire, l’homme d’affaires béninois, poursuivi dans son pays pour "tentative d’empoisonnement" sur Boni Yayi, le chef de l’État, a été relâché le lendemain après avoir remis son passeport.

Alors que, depuis le 23 octobre, Patrice Talon fait l’objet d’un mandat d’arrêt international, trois personnes accusées de complicité – elles étaient censées substituer des produits radioactifs au traitement antidouleur du président – ont déjà été arrêtées à Cotonou.

Selon la convention qui lie les deux pays, le Bénin dispose de deux semaines pour présenter sa demande d’extradition. La justice française aura alors deux mois pour l’étudier. L’affaire ne fait donc que commencer. Lors d’une conversation téléphonique, le 5 décembre, peu après l’interpellation de Talon, le président français François Hollande a assuré à son homologue béninois qu’il n’y aurait « aucune obstruction ».

"Machination politique"

De son côté, le businessman qui a fait fortune dans le coton se dit victime d’une « vengeance et d’une machination politique » depuis son refus « d’activer des députés » pour engager une réforme de la Constitution et permettre à Boni Yayi d’être à nouveau candidat à la présidentielle de 2016. Ce dernier « réfute catégoriquement cette fable ». « Dans trois ans, je pars », jure-t-il, alors que dans son entourage, on affirme détenir les preuves du complot.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici