Fermer

Ghana : Akufo-Addo refuse de reconnaître la victoire de Mahama

Des partisans de Mahama, le 9 décembre 2012 à Accra, au Ghana. © Pius Utomi Ekpei/AFP

La commission électorale du Ghana a donné les résultats provisoires définitifs de la présidentielle de vendredi et samedi derniers. Le sortant John Dramani Mahama (NDC) est déclaré vainqueur avec 50,70% des voix mais son rival Nana Akufo-Addo (NPP) entend démontrer que c'est lui qui a été élu.

Dimanche 9 décembre au soir, la commission électorale a annoncé les résultats provisoires définitifs du scrutin présidentiel qui s’est déroulé vendredi et samedi dernier au Ghana. « Sur la base des résultats communiqués, je déclare John Dramani Mahama président élu », a déclaré devant la presse Kwadwo Afari-Gyan, le chef de la commission électorale. Selon lui, le score de Mahama, 54 ans, est de 50,70% des suffrages, contre 47,74% pour son adversaire, Nana Akufo-Addo. Le taux de participation est de plus de 79%.

–> Lire aussi "Ghana : quand la Côte d’Ivoire s’invite dans la campagne"

Le camp de Akufo-Addo, avocat et fils d’un ancien président, a rejeté ces résultats qui « de toute évidence, ne reflètent pas la majorité requise par l’électorat ghanéen ». Mais aucun recours officiel n’a encore été déposé : le Nouveau parti patriotique (NPP) prévoit de se réunir mardi pour définir l’action qu’il compte mener. Au total, huit candidats ont participé à cette élection, qui – sauf fraudes avérées –  ne devrait pas connaître de second tour, l’un des candidats ayant obtenu la majorité simple au premier tour.


Nous avons assez de preuves concrètes pour démontrer que la présidentielle de 2012 a été remportée par notre candidat, Nana Akufo-Addo.

Communiqué du Nouveau parti patriotique (NPP)

Mais avant même l’annonce officielle des résultats, l’opposition avait déjà affirmé avoir constaté des fraudes. « Nous avons assez de preuves concrètes pour démontrer que la présidentielle de 2012 a été remportée par notre candidat, Nana Akufo-Addo », a affirmé le NPP dans un communiqué. « Nous avons constaté un système de fraudes, dans lequel un nombre considérable de voix a été soit ajouté au candidat du NDC [Congrès démocratique national, au pouvoir, NDLR] soit soustrait au candidat du NPP ».

Le chef de la commission électorale, Kwadwo Afari-Gyan (d), lors de l’annonce des résultats de la présidentielle, le 9 décembre 2012 à Accra.

© Pius Utomi Ekpei/AFP
 

Transparence

Peu après, environ 300 manifestants de l’opposition avaient été dispersés par les forces de l’ordre à l’aide de gaz lacrymogène devant le siège de la commission électorale à Accra. Mais le NPP a demandé dimanche soir à ses militants de rester calmes à l’annonce des résultats. De son côté, Mahama a appelé les responsables politiques à « respecter la voix du peuple » après sa victoire. Pour les observateurs extérieurs du Commonwealth, de la Cedeao et du groupe local Codeo, le scrutin a été paisible et transparent.

M. Mahama, âgé de 54 ans, a pris le pouvoir en juillet dernier à la mort de John Atta Mills dont il était le vice-président. Akufo-Addo, lui, avait déjà perdu de moins d’1% à la présidentielle de 2008. Le Ghana, pays de 24 millions d’habitants, connaît une solide croissance économique due à ses exportations de cacao et d’or, auxquelles vient s’ajouter, depuis 2010, une production pétrolière encore modeste mais pleine de promesses.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici