Fermer

Mali : l’armée malienne contre-attaque dans la région de Mopti

Un soldat de l'armée malienne. © AFP

L'armée malienne, mise en déroute jeudi 10 janvier par les islamistes radicaux à Konna (centre), a lancé vendredi une contre-offensive, appuyée par des éléments européens. À Paris, le président français François Hollande a annoncé que la France était prête, dans le cadre de la résolution de l'ONU, à "arrêter l'offensive des terroristes" aux côtés de ses partenaires africains.

Les combats entre l’armée malienne et les jihadistes ont repris autour de Konna. Chassés jeudi soir de cette petite ville de 50 000 habitants, située à 70 kilomètres au nord de Mopti, les militaires maliens ont sonné la contre-attaque dans la matinée du vendredi 11 janvier.

« Notre offensive a commencé. L’objectif est de reprendre le contrôle total de la ville de Konna et de progresser, après, vers les positions des islamistes », a déclaré un officier sous couvert d’anonymat.

D’après un autre responsable de l’armée malienne, des militaires européens et français sont présents au Mali pour repousser l’offensive islamiste vers le sud pays. Ni leur nombre, ni leur emplacement exact, ni leur rôle précis n’a été précisé. Des avions et des hélicoptères de pays occidentaux participent aux opérations de reconquête dans la région de Mopti. Jeudi soir, des cargos de transport militaires ont atterri à l’aéroport de Sévaré, débarquant armes et renforts en vue de l’offensive de vendredi. Parmi les soldats étaient présents des « Blancs » selon des habitants.

Intervention française

Par ailleurs, selon RFI, une trentaine de membres des forces spéciales françaises sont arrivées au Mali pour préparer une intervention aérienne et terrestre. L’offensive déclenchée par les islamistes en début de semaine a brusquement fait évoluer la position française sur le dossier malien. Lors de ses voeux aux diplomates, vendredi 11 janvier à l’Élysée, le président François Hollande a déclaré que la France était désormais « prête à s’engager aux côtés de ses partenaires africains pour arrêter l’offensive des terroristes ».

De leur côté, les islamistes radicaux envoient également des renforts vers Konna. D’après une source contactée par Jeune Afrique à Tombouctou, des combattants aguerris ont quitté la ville ces derniers jours en direction du sud. Des mouvements de troupes ont également été signalés à Gao.

____

Benjamin Roger (@benja_roger)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici