Fermer

Centrafrique : la rébellion confirme le choix de Nicolas Tiangaye comme Premier ministre

Nicolas Tiangaye était présent lors des négociations à Libreville. © Sia Kambou/APF

La rébellion du Séléka a confirmé, mardi 15 janvier, le choix de l'avocat Nicolas Tiangaye comme futur Premier ministre du gouvernement d'union nationale en Centrafrique, levant un obstacle à sa nomination par le président François Bozizé.  

Nicolas Tiangaye avait déjà été choisi par l’opposition politique comme candidat au poste de Premier ministre, qui devait, selon les accords de paix signés le 11 janvier à Libreville (Gabon), être issu de ses rangs. Il restait à la rébellion armée, la coalition Séléka, de confirmer que tel était également son choix.

C’est chose faite, ce mardi 15 janvier. Le dernier obstacle à la nomination de l’avocat et opposant Nicolas Tiangaye comme Premier ministre du gouvernement d’union nationale centrafricain, par le président François Bozizé, a été levé.

« Nous venons de confirmer (le choix de) M. Tiangaye comme Premier ministre », a déclaré le chef de la Séléka, Michel Djotodia, à sa sortie d’une audience avec le président congolais, Denis Sassou Nguesso, qui dirige le Comité de suivi de l’accord de paix, à Brazzaville.

Dimanche soir, Josué Binoua, le ministre de l’Administration territoriale du gouvernement démis samedi, avait déclaré que le président centrafricain François Bozizé, après avoir été informé de la désignation de Nicolas Tiangaye par l’opposition démocratique, attendait d’être informé « par écrit » du nom proposé par les rebelles avant de nommer le nouveau titulaire de la primature.

« Nous sortons de cette entrevue avec beaucoup d’optimisme quant à l’avenir de notre pays. Il n’y a plus de dissensions parce que l’accord de Libreville a prévu que le Premier ministre doit être issu de l’opposition démocratique et l’opposition démocratique m’a désigné à l’unanimité. Cela a été approuvé par la coalition Séléka », a commenté Me Tiangaye. « Je vais rentrer avec la Séléka à Bangui qui va confirmer la proposition faite par l’opposition démocratique », a-t-il précisé.

(avec agences)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici