Fermer

Prise d’otages à In Amenas : l’opération militaire algérienne serait terminée

Le site gazier de Tinguentourine, près d'In Amenas. © AFP

L’assaut final aurait été donné sur le site gazier d’In Amenas, en fin de matinée, ce samedi 20 janvier. Il se serait soldé par la mort de onze ravisseurs et de sept otages supplémentaires, assassinés en représailles.

Des sources sécuritaires algériennes ont affirmé en milieu de journée, ce samedi 20 janvier, que l’assaut final sur le site gazier de Tiguentourine, près d’In Amenas avait été lancé par les forces spéciales. Selon l’AFP, 11 islamistes auraient été tués pendant cette dernière attaque, destinée à mettre fin à la prise d’otages qui dure depuis mercredi matin. En représailles, les jihadistes auraient abattu sept otages.

Ces victimes viennent s’ajouter aux travailleurs algériens et étrangers déjà morts lors des opérations de neutralisation des preneurs d’otages. Le bilan total n’a pas encore été communiqué, mais il pourrait s’élever à plus de 30 hommes du côté des otages.

Les jihadistes avaient miné les installations et l’armée algérienne procède en ce moment au déminage du site pour vérifier s’il reste des hommes à l’intérieur de l’usine.

Beaucoup de questions restent en suspens alors que cette longue et spectaculaire prise d’otages prend fin. Des officiels mauritaniens affirmaient ce matin que le meneur de l’opération serait Abdulrahmane Al Nigeri, un Nigérien à la tête de la katiba al-Moulathalimine proche de Mokhtar Belmokhtar. Engagé depuis 2005 dans le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), il opère au Niger et au Mali.

(avec agences)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici