Fermer

Mali : CAN 2013, le bol d’air !

L'équipe du Mali. © AFP

Malgré la guerre qui se déroule au Mali, le football demeure l’un des rares sujets de conversation qui donne encore un peu d’air aux Maliens.

« En ce moment, la vie est difficile, à cause des évènements et aussi de la crise économique, et les bons résultats du football malien apportent un peu de joie », confirme Patrice Carteron, l’ancien footballeur français, sélectionneur des Aigles depuis juillet 2012. Le Djoliba de Bamako a en effet atteint la finale de la Coupe de la Coupe d’Afrique des nations (CAF) face aux congolais de l’AC Léopards (2-2,0-1) et, surtout, la sélection nationale s’est qualifiée sans grosses frayeurs pour la CAN 2013, un an après avoir décroché la troisième place au Gabon et en Guinée équatoriale.

Carteron, qui passe beaucoup de temps à Bamako, avouait, avant l’intervention française, ne pas trop ressentir au quotidien les conséquences du contexte politique interne. « Il y a beaucoup de contrôles, mais la ville est sécurisée. Comme beaucoup d’Occidentaux, j’évite malgré tout de trop sortir le soir, même si je me sens en sécurité. En fait, c’est surtout au niveau économique que les répercussions sont évidentes pour la sélection. » Ainsi, la date Fifa du 15 novembre dernier n’a pas été utilisée et les Aigles ont effectué une partie de leur préparation au centre technique de Kabala (Monaco) avant de rejoindre leur base sud-africaine, Port-Elizabeth, le 10 janvier. «  Qu’ils soient nés au Mali ou non, les joueurs sont préoccupés par la situation du pays, où ils ont de nombreuses attaches », poursuit Carteron. Mais en Afrique du Sud, on va essayer de faire aussi bien que l’an dernier. » Lors de la CAN 2012, les Aigles avaient remporté la petite finale à Malabo contre les redoutables Black Stars du Ghana… qu’ils vont retrouver, pour leur deuxième match de poule, le 24 janvier.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici