Fermer

Carte : l’Afrique, triste théâtre de prises d’otages

Écrit par Adama Sissoko

Carte des prises d'otage en Afrique. © Jeune Afrique

Les prises d’otages en Afrique sont en nette augmentation depuis six ans. Si les enlèvements au Sahel sont beaucoup relatés, parce qu’ils visent en grande partie des étrangers, d’autres zones du continent sont également touchées par ce phénomène.

La sanglante prise d’otages à In Amenas, fin janvier, en Algérie, est venue s’ajouter à la longue liste d’enlèvements déjà réalisée par les islamistes radicaux. Une pratique de plus en plus utilisée depuis qu’ils ont pris pied au Sahel. Cependant, des kidnappings sont aussi répertoriés sur d’autres parties du continent. Et les victimes ne sont pas toutes occidentales. Loin s’en faut.

Dans les cas les plus médiatisés, les revendications des preneurs d’otages sont, en général, d’ordre politique. En Centrafrique, par exemple, l’Armée de résistance du Seigneur, (LRA), en rébellion contre le gouvernement ougandais, a enlevé, le 19 janvier 2010, des enfants pour les enrôler. Ou encore, en Côte d‘Ivoire, le 4 avril 2011, le rapt du directeur du Novotel d’Abidjan, le Français Stéphane Frantz di Rippel ainsi que son compatriote Yves Lambelin, à l’époque de vives tensions entre la France et le président sortant Laurent Gbagbo.

Mais la majorité des revendications est financière. C’est le cas actes de pirateries maritimes, dont le nombre a explosé depuis six ans, en Somalie notamment. Contre la libération des otages étrangers, de grosses rançons sont exigées. Toutefois, le Bureau Maritime international (IBM) note également une nette augmentation des détournements des navires commerciaux pour saisir directement les marchandises.

Autre évolution récente : la multiplication des actes de piraterie dans le Golfe de Guinée. En 2012, le Bureau maritime international désignait l’Afrique de l’ouest « nouvelle zone de piraterie plus violente », avec 26 prises d’otages et 58 tentatives d’enlèvements concentrés seulement au Nigéria.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici