Fermer

Algérie : dans la région de Bouira, une attaque près d’un gazoduc fait deux morts

Le centre de traitement de gaz de Krechba, en décembre 2008. © STR/AFP

Des agents de sécurité affectés à la surveillance d'un gazoduc près de Bouira ont été attaqués par des jihadistes, dimanche 27 janvier au soir. Bilan : au moins deux morts et sept blessés parmi eux.

Après In amenas, une nouvelle action des islamistes armés a fait deux morts et sept blessés parmi un groupe d’hommes chargés de la surveillance d’un gazoduc, ont indiqué lundi 28 janvier des habitants de la région de Bouira, à 125 km au sud-est d’Alger. L’attaque, qui s’est produite dimanche soir, visait le campement de Djebahia. Les gardes assuraient la sécurité du gazoduc par où transite le gaz du champ de Hassi R’mel, dans le Sahara, en direction nord de l’Algérie.

« Un groupe armé islamiste a attaqué le campement au mortier vers 21 heures » (20 heures GMT), ont précisé les témoins. C’est au cours de l’accrochage de près d’une heure qui a suivi que les deux gardes de sécurité ont trouvé la mort. L’armée algérienne a ensuite lancé une opération de ratissage des maquis islamistes de la région pour tenter de retrouver les assaillants. Les jihadistes restent très actifs dans la zone de Bouira et celle des départements voisins de Boumerdes et de Tizi Ouzou (110 km à l’est d’Alger).

Selon les dernières déclarations du Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, au moins 37 otages étrangers, un agent de sécurité algérien et 29 ravisseurs ont été tués lors de l’attaque d’In Amenas, qui s’est déroulée du 11 au 19 janvier.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici