Fermer

Mali : plusieurs militaires libérés, dont le fils de Alpha Oumar Konaré

Par Jeune Afrique

Manifestation de femmes de Bérets rouges, à Bamako, le 16 juillet 2012. © Habibou Kouyate/AFP

Depuis qu'un juge d'instruction avait signé leur ordonnance de mise en liberté provisoire, le 18 janvier, ils attendaient dans un camp de la gendarmerie malienne. La libération des 29 personnes concernées, dont de nombreux Bérets rouges, a eu lieu ce 30 janvier. Parmi ces derniers, Malamine Konaré, un fils de l'ex-chef de l'État malien et ancien président de la Commission de l'Union africaine, Alpha Oumar Konaré.

Enfin libres. L’ordonnance de mise en liberté provisoire de 29 personnes (trois civils et 26 militaires), signée vendredi 18 janvier par un juge d’instruction a été appliquée, mercredi 30 janvier. Parmi les anciens détenus se trouvent des militaires Bérets rouges et Malamine Konaré, le fils de l’ex-président Alpha Oumar Konaré, un commandant de l’armée de l’air. Dix-neuf personnes restent incarcérées dans le cadre de cette procédure, qui concerne la tentative de contre-coup d’État manqué du 1er mai 2012, mené par l’ancien chef des Bérets rouges, Abidine Guindo.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici