Fermer

CAN 2013 : Nigeria-Mali, bataille d’aigles pour une place en finale

Patrice Carteron (à g.) et Stephen Keshi. © AFP

En éliminant la Côte d’Ivoire (2-1), dimanche en quart de finale, le Nigeria a hérité du statut de favori de cette Coupe d'Afrique des nations (CAN 2013). Un "privilège" qu’il partage aussi avec le Ghana. Mercredi à Durban, les Super Eagles affrontent les Aigles du Mali, tombeur de l’Afrique du Sud (1-1, 3-1 aux t.a.b). Un duel pour la finale qui s’annonce plutôt serré…

Stephen Keshi n’aura vraiment la paix que s’il ramène la CAN Orange dans son pays. Être le sélectionneur du Nigeria est un job à risques, tellement t la pression exercée par la rue et les médias est forte. Treize ans après leur dernière finale, perdue à domicile face au Cameroun, les Nigérians ont l’occasion de revenir au premier plan, à condition de battre le Mali.

« Sincèrement, le Nigeria me semble plus fort. Je ne suis pas vraiment surpris qu’il ait éliminé la Côte d’Ivoire », argumente Pierre Lechantre, l’ancien sélectionneur des Aigles (2004-2005).

De fait, la nouvelle génération de l’ex-géant africain, deux fois vainqueur de la CAN (1980 et 1994) a trouvé plus rapidement que prévu son rythme de croisière. « Keshi a réussi un mélange de méthode africaine et de rigueur européenne, puisqu’il s’appuie sur quelques joueurs qui évoluent dans le championnat et sur ceux qui sont en Europe », poursuit Lechantre, qui en a fait son favori pour la demi-finale, mais aussi pour la suite, s’il y en a une.

Lechantre : "Les Aigles auront du mal"

« Son collectif est relativement bien rôdé et, contrairement à la Côte d’Ivoire, il se dégage de cette équipe une certaine joie de vivre. Dans cette CAN trop rigoureuse, le Nigeria apporte parfois un peu de qualité technique. » Mais les Super Eagles auront face à eux l’outsider malien, troisième en 2012 et dont les ambitions ont pris une dimension supplémentaire depuis la qualification obtenue face au pays organisateur.

« Je pense que les Aigles auront du mal à faire tomber le Nigeria. D’accord, c’est une équipe sérieuse, avec une bonne assise défensive, Seydou Keita la tire vers le haut, et pourtant les Nigérians sont à mon avis supérieurs. Mais comme je n’ai jamais été très fort dans les pronostics, je peux très bien me tromper… »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici