Fermer

Violents heurts entre manifestants et policiers après l’assassinat de Chokri Belaïd

Par Jeune Afrique

L'ambulance transportant le corps de Chokri Belaïd, le 6 février 2013, à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Chokri Belaïd a été assassiné mercredi 6 février au matin, à la sortie de son domicile. Le secrétaire général du Parti des patriotes démocrates, formation de l'extrême gauche tunisienne, a été touché par plusieurs balles. La Tunisie est sous le choc et les réactions se multiplient.

Chokri Belaïd, secrétaire général du Parti des patriotes démocrates, savait qu’il était la cible des milices proches des islamistes. Il paye vraisemblablement de sa vie son franc-parler et ses prises de positions : il a été abattu mercredi matin à 7h30 par des hommes armés postés à bord d’une voiture, devant son domicile, dans le quartier résidentiel d’El Menzah VI, à Tunis.

En Tunisie, l’émotion est grande. Tous les partis politiques ont battu le rappel de leurs bureaux exécutifs et se fendent de déclarations.

Le président Moncef Marzouki a dénoncé "l’odieux assassinat" et redoute une tentative de destabilisation du pays.

Suivez l’évolution des événements en direct.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici