Fermer

Tunisie : Maâloul, favori pour prendre la succession de Trabelsi à la tête des Aigles

Nabil Maaloul, lors de la Coupe du monde des clubs, le 10 décembre 2011, au Japon. © AFP

C’est vendredi 15 février que sera connu le nom du nouveau sélectionneur de la Tunisie, après la démission de Sami Trabelsi. Nabil Maâloul serait de loin le mieux placé pour être nommé, plutôt que Khaled Ben Yahia.

Mercredi, Khaled Ben Yahia (53 ans), ancien entraîneur de l’Espérance de Tunis, de La Marsa ou encore de Gafsa croisera peut-être Nabil Maâloul (50 ans), qui viendra lui aussi passer son entretien d’embauche dans les locaux de la Fédération Tunisienne de Football. « Ils seront reçus par une commission composée par Wadi El Jeri, le président de la FTF, le directeur technique national et un juriste », confirme Maher Snoussi, le vice-président de la FFT.

« Cette commission fera une proposition au bureau fédéral, lequel nommera un sélectionneur vendredi après-midi. » L’heureux élu se verra proposer un contrat d’objectif à court terme, avec la qualification pour la Coupe du Monde 2014 comme priorité.

Selon nos sources, ce bureau fédéral pencherait très largement pour Maâloul, qui a démissionné il y a quelques semaines de son poste d’entraîneur de l’Espérance de Tunis. Le technicien tunisois, qui a déjà fait partie du staff technique des Aigles de Carthage, la première fois en 2004 quand la Tunisie est devenue championne d’Afrique, a également remporté la Ligue des Champions avec l’Espérance en 2011. « La décision est prise à 90 %, et c’est Maâloul qui devrait être nommé », a affirmé à Jeune Afrique une source proche du dossier. Selon une autre source, si Khaled Ben Yahia aurait plutôt les faveurs du ministère des Sports, Maâloul aurait celles du bureau fédéral. Et c’est lui tranchera.
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici