Fermer

RDC – M23 : l’accord-cadre de l’ONU signé « avant la fin de février »

Augustin Matata Ponyo, Premier ministre de RDC, le 7 février 2013 à Washington. © AFP

Rapportant des propos du secrétaire général des Nations unies, le Premier ministre de RDC, Augustin Matata Ponyo, a indiqué que l’accord-cadre de l’ONU pour la pacification des Grands Lacs devrait être signé avant la fin du mois de février.

Lors du dernier sommet de l’Union africaine, le 28 janvier, l’Afrique du Sud s’était fermement opposée à la signature de l’accord-cadre de coopération pour la paix et pour la sécurité des Nations unies dans la région des Grands Lacs. Mais selon le Premier ministre de la RDC, Augustin Matata Ponyo, qui s’exprimait jeudi 14 février, « le secrétaire général (de l’ONU) nous a assurés que des progrès énormes ont été accomplis et qu’il devrait, sauf surprise, être signé bien avant la fin de ce mois ».

« L’accord-cadre, c’est un accord qui va pouvoir cimenter la paix à l’est du pays parce que c’est sur la base de cet accord que devra être montée toute la machinerie qui a pour objectif de consolider la paix à l’est du pays », a-t-il ajouté. Outre la RDC, sept pays devraient être signataires : le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi, l’Angola, le Congo, l’Afrique du Sud et la Tanzanie.

Efforts diplomatiques

Il semble que les efforts diplomatiques des États-Unis aient payé, mais aucune information ne filtre pour l’instant sur une éventuelle position conciliante de l’Afrique du Sud. Lundi, le secrétaire d’État adjoint américain pour l’Afrique, Johnnie Carson, avait exhorté « la RDC, le Rwanda, l’Ouganda et d’autres pays de la région à signer et appliquer le plus tôt possible l’accord-cadre des Nations unies ».

Augustin Matata Ponyo a également évoqué le « réaménagement » du mandat de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) – qui compte 17 000 hommes et à laquelle doit être greffée une brigade d’intervention sous-régionale de 2 500 hommes. Cette modification pourrait expliquer que l’accord-cadre reçoive l’aval de Pretoria.

Drones en cours d’acquisition

Le Premier ministre a par ailleurs indiqué que le « processus d’acquisition des drones [de surveillance de la frontière rwando-congolaise, NDLR] a déjà été lancé, et il est fort possible que d’ici juin-juillet les drones soient opérationnels pour identifier les mouvements de ceux qui dérangent l’Est » de la RDC.

Enfin, pour la Force internationale neutre de 4 000 hommes qui doit être déployée dans l’est de la RDC, après avoir reçu l’aval de Kinshasa et de Kigali, elle sera constituée de soldats ressortissants de neuf pays : l’Afrique du Sud, l’Angola, le Malawi, la Namibie, la Tanzanie, la Zambie, le Lesotho, Maurice et le Zimbabwe, selon le vice-ministre des Affaires étrangères sud-africain, Ebrahim Ebrahim.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici