Fermer

Football : les Écureuils du Bénin en hibernation

Manuel Amoros est en poste au Bénin depuis le début de 2012. © AFP

Manuel Amoros, le sélectionneur du Bénin, déplore que son équipe soit restée inactive depuis juin, faute de moyens. Un mois avant un déplacement en Algérie en qualification pour la Coupe du Monde 2014 (le 26 mars), le technicien français tente, malgré tout, de positiver.

La fédération béninoise le sait-elle ? Les dates Fifa ont été créées pour permettre aux sélections nationales de jouer des matches officiels, amicaux ou non, et donc d’avoir à leur disposition les joueurs qu’elles souhaitent. Or les Écureuils n’ont pas disputé la moindre rencontre de préparation depuis plus de deux ans. Une situation qui désespère Manuel Amoros (51 ans), le sélectionneur en poste depuis le début de l’année 2012.

Dernier match en date ? Le 17 juin dernier contre l’Éthiopie (1-1), qualificatif pour la CAN 2013. « J’ai adressé quelques jours plus tard au président de la Fédération [Anjorin Moucharafou, NDLR] une feuille de route, où j’indiquais que je souhaitais que le Bénin joue des matches amicaux pour les dates Fifa suivantes (15 août, 7-10 septembre, 11-16 octobre, 14 novembre et 6 février). À chaque fois, on me disait que ça allait se faire. Puis on me disait que ce n’était pas possible, faute de moyens. J’aurais préféré qu’on m’explique dès le départ qu’il n’y avait pas l’argent suffisant pour que l’équipe joue des matches amicaux », explique à Jeune Afrique l’ancien défenseur de Monaco, Marseille, Lyon et de l’équipe de France (82 sélections).

Ambitions

Également ex-sélectionneur du Koweït des moins de 20 ans et coordinateur des Comores, Amoros regrette cette impréparation chronique à un mois d’un déplacement en Algérie, le 26 mars. « Je ne pense pas que l’on viendra me reprocher une éventuelle défaite », ironise Amoros.

Anjorin Moucharafou, agacé par l’élimination des Écureuils de la CAN par l’Ethiopie, aurait même, selon nos informations, songé à changer de sélectionneur, alors que le Bénin est en tête de son groupe qualificatif pour la Coupe du Monde avec quatre points, devant l’Algérie, le Mali et le Rwanda. « On ne fait pas tout ce qui est nécessaire pour mettre l’équipe dans de bonnes dispositions, mais c’est derrière nous, balaie Amoros. On a des ambitions, et on va essayer de bien préparer, j’espère dans le sud de la France, ce match en Algérie.  »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici