Fermer

Football : le TAS, dernière chance d’Anouma pour la CAF

Jacques Anouma est soutenu par plusieurs présidents de fédérations africaines. © DR

L’Ivoirien Jacques Anouma est dans l’attente d’une décision du Tribunal arbitral du sport (TAS), qui pourrait lui reconnaître le droit de se présenter face à Issa Hayatou, le 10 mars prochain à Marrakech, lors de l’élection du président de la Confédération africaine de football (CAF). Suspense...

Jacques Anouma (61 ans) saura dans les prochains jours s’il pourra présenter ou non sa candidature face au Camerounais Issa Hayatou (66 ans), président de la CAF depuis 25 ans et à ce jour unique candidat pour l’élection du 10 mars prochain. L’ancien président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) sait que son sort dépend exclusivement de la décision du TAS à Lausanne (Suisse).

« Nous avons fait appel de la décision prise en décembre 2012 par le Comité exécutif de la CAF de refuser la candidature de M. Anouma au poste de président de la CAF », explique Maître Olivier Rodondi, l’avocat suisse de Jacques Anouma. « Nous voulons faire reconnaître que M. Anouma, membre du Comité exécutif de la Fifa, a toujours été considéré comme membre du Comité exécutif de la CAF, et donc éligible au poste convoité. En effet, il a toujours participé aux activités de la CAF et bénéficié des mêmes traitements et avantages que les autres membres dudit comité. »

Anouma "optimiste"

Les conseils de Jacques Anouma – Me Rodondi et Maître Joachim Bile-Aka, avocat à Abidjan – se montrent plutôt optimistes, une semaine avant l’élection à la tête de la CAF. « Cela laissera peu de temps à notre client si la décision du TAS le rend éligible », admet Olivier Rodondi. « Cela dit, la CAF maintiendra-t-elle la date de l’assemblée du 10 mars si une décision d’éligibilité est prise en faveur de M. Anouma vu qu’elle a des obligations d’information envers les fédérations dans un certain délai ?»

Jacques Anouma sera de toute façon présent à Marrakech en tant que membre du Comité exécutif de la Fifa. Depuis Abidjan, il continue d’espérer. « Je suis optimiste. Même si c’est une partie compliquée. C’est ma dernière chance d’être reconnu éligible, puisque je ne pourrai pas aller devant la justice civile si la décision du TAS m’est défavorable. »

Soutenu par plusieurs présidents de fédérations africaines, Anouma n’a pas le sentiment d’être la favori de la FIF,  qu’il a dirigée pendant presque neuf ans (2002-2011). « C’est son droit. Je le regrette, mais la fédération ivoirienne n’est pas obligée de me soutenir », explique-t-il. Un manque de soutien basé sur des motifs « personnels, pas politiques », avance-t-il.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici