Fermer

Terrorisme : le gendre d’Oussama Ben Laden inculpé aux États-Unis

Souleymane Abou Ghaith, le gendre d'Oussama Ben Laden. © Reuters

Accusé d’être "impliqué dans la préparation et l'exécution d'un crime fédéral de terrorisme contre les États-Unis", Souleymane Abou Ghaith, gendre d'Oussama Ben Laden, a été inculpé, jeudi 7 mars. Il sera présenté vendredi devant un tribunal de New York.

Souleymane Abou Ghaith a été inculpé, jeudi 7 mars, de complot pour tuer des ressortissants américains, a annoncé le ministère américain de la Justice. Le gendre d’Oussama Ben Laden sera présenté vendredi à 10H00 locales (15H00 GMT) devant un tribunal de New York, où il sera formellement mis en accusation devant le juge Lewis Kaplan, précise le ministère. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Selon l’acte d’inculpation, dévoilé jeudi, Abou Gaith, qui était au service de l’organisation terroriste « au moins de mai 2001 à 2002 inclus », était « un individu impliqué dans la préparation et l’exécution d’un crime fédéral de terrorisme contre les États-Unis, ses citoyens et ses habitants et leurs biens ».

Menaces

Le communiqué du ministère rappelle qu’Abou Gaith était apparu au côté des numéros 1 et 2 d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden et Ayman al-Zawahiri, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, et avait mis en garde les États-Unis au nom d’Al-Qaïda qu’une « grande armée se formait contre (eux) » et appelé « la nation de l’islam » à conduire une bataille contre « les Juifs, les Chrétiens et les Américains ».

Dans ce discours, il avait également déclaré que « la tempête ne s’arrêtera pas, en particulier la tempête des avions », avertissant les musulmans, les enfants et les adversaires des États-Unis de « ne pas embarquer à bord d’un avion », selon l’acte d’inculpation.

Le ministère américain de la Justice ne donne aucune précision sur les conditions ou le lieu de son arrestation. Mais selon le journal turc Hürriyet, Abou Ghaith a été appréhendé fin janvier à Ankara puis expulsé vers la Jordanie, le 1er mars, jours d’une visite à Ankara du secrétaire d’État américain John Kerry. Il a ensuite été arrêté par des agents de la CIA sur le sol jordanien et conduit aux États-Unis.

(Avec AFP)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici