Fermer

Zambie : l’ancien président Rupiah Banda inculpé d’abus de pouvoir

L'ancien président zambien Rupiah Banda à Lusaka, le 19 mars 2013. © AFP

L'ancien président zambien Rupiah Banda, au pouvoir de 2008 à 2011, a été brièvement interpellé lundi 25 mars et officiellement inculpé d'abus de pouvoir. Il est convoqué mardi devant un tribunal de Lusaka.

L’ex-chef d’État zambien Rupiah Banda, 76 ans, a été interpellé par la police, lundi 25 mars. Inculpé d’abus de pouvoir dans la foulée, il a été remis immédiatement en liberté sous caution et aura à comparaître devant un juge, mardi, à Lusaka.

« L’ancien président a été officiellement inculpé et arrêté en lien avec des commandes de pétrole brut qui n’ont pas profité au pays », a déclaré Namukolo Kasumpa, une porte-parole de l’unité d’enquête spéciale de la police chargée du dossier.

Il y a dix jours, le Parlement zambien avait levé l’immunité présidentielle de Rupiah Banda, qui avait ensuite été entendu longuement par une commission d’enquête gouvernementale. L’ancien président zambien est soupçonné d’avoir détourné d’importantes sommes d’argent public en lien avec une compagnie pétrolière nigériane, des faits qualifiés de corruption, blanchiment d’argent et fraude.

Lui-même se plaint d’être persécuté par son successeur Michael Sata, vainqueur des élections de septembre 2011 et qui avait annoncé un grand ménage anti-corruption.

"Espèce menacée"

Rupiah Banda, qui s’attend à ce que l’affaire soit longue, avait lancé lundi dernier un appel au calme à ses partisans. « Je suis une espèce menacée », a-t-il plaisanté lundi, visiblement fatigué à sa sortie du bureau des enquêteurs après trois heures d’interrogatoire. « Évidemment je préférerais être assis chez moi mais je dois en passer par là », a-t-il ajouté.

De son côté, son avocat a critiqué le caractère « extrêmement vague » des poursuites. « Notre seule défense est la vérité », a déclaré Me Sakwiba Sikota. « Nous verrons quel genre de témoins ils vont amener mais nous savons qu’il est innocent », a poursuivi le conseil de Rupiah Banda.

De nombreuses personnalités d’opposition ont été arrêtées pour diverses infractions ces derniers mois en Zambie, notamment dans le cadre de la campagne anti-corruption du président Sata.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici