Fermer

Algérie – Bénin : les Fennecs au pied du mur

Vahid Halilodzic ne cache pas être à la tête d'une équipe d'Algérie "en reconstruction". © AFP

Après une CAN 2013 achevée dès le premier tour, l’Algérie est entièrement tournée vers la Coupe du monde 2014. Troisième de son groupe, l’équipe de Vahid Halilhodzic n’a plus le choix : elle doit reprendre le pouvoir avec un succès, mardi 26 mars au soir, à Blida, face au Bénin.

Le succès du Mali contre le Rwanda à Kigali dimanche (2-1), a expédié les Aigles en tête du groupe H. S’ils veulent revenir à leur hauteur, les Fennecs doivent n’ont guère le choix. « Nous avons besoin d’une victoire. J’attends de l’équipe non seulement les trois points, mais aussi qu’elle livre un bon match », prévient le sélectionneur bosnien, Vahid Halilhodzic. « J’ai beaucoup de respect pour le Bénin, une équipe solide et qui va nous nous imposer un vrai défi physique. N’oublions pas qu’elle a battu le Mali (1-0, le 3 juin). »

« Nous devons retrouver certaines de nos vertus, l’enthousiasme, la cohésion collective, la générosité », insiste Halilhodzic, qui prend sa part de responsabilité dans l’échec de la dernière CAN, quitée au soir du premier tour. « En revenant d’Afrique du Sud, je me suis posé des questions, mais le président Raouraoua m’a maintenu sa confiance. »

Boudebouz et Bouazza écartés

Et parce qu’il fallait sans doute marquer une rupture après l’expérience sud-africaine, Halilhodzic a modifié le visage de sa sélection, où personne ne peut se prévaloir du statut d’intouchable. Ryad Boudebouz et Hammeur Bouazza ont été écartés du groupe pour avoir enfreint les règles de la vie collective en Afrique du Sud. « Ils ont fumé la chicha dans leur chambre d’hôtel. C’est une faute, ils le savent, ils doivent assumer,  mais cela ne signifie pas qu’ils sont exclus de la sélection », explique Halilhodzic.

Il a ainsi rappelé Rafik Djebbour (Olympiakos Le Pirée, Grèce), et Madjid Bougherra (Lekhwiya, Qatar), absents lors de la CAN, le premier pour choix tactique, le second pour cause de blessure. Mais la grande nouveauté vient de la présence de Faouzi Ghoulam (Saint-Etienne), Saphir Taïder (Bologne, Italie), Yacine Brahimi (Grenade, Espagne), et Nabil Ghilas (Moreirense, Portugal), tous sélectionnables en équipe de France (et en Tunisie pour Taïder). « Je suis heureux qu’ils aient choisi l’Algérie. J’espère qu’ils vont nous apporter un plus. »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici