Fermer

RDC – Rwanda : William Hague et Angelina Jolie en tournée contre les « viols de guerre »

L'actrice Angelina Jolie, le 11 février 2012 à Berlin. © AFP

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, et l'actrice américaine Angelina Jolie ont entamé, lundi 25 mars, une visite au Rwanda et en RDC pour attirer l'attention sur le problème des viols en temps de guerre.

D’après le Foreign Office, le ministère des Affaires étrangères britannique, le phénomène des viols en temps de guerre au Rwanda et en République démocratique du Congo (RDC) est un problème « grandissant ».

Pour sensibiliser l’opinion internationale à ce drame, le chef de la diplomatie britannique William Hague et l’actrice américaine Angelina Jolie, envoyée spéciale du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), font d’abord étape au Rwanda avant de se rendre dans la RDC voisine.

Lors de ce déplacement, ils devraient rencontrer des victimes de violences sexuelles, des associations locales et des organisations de l’ONU qui les soutiennent, a précisé le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ils rencontreront aussi des responsables politiques pour évoquer avec eux la nécessité de trouver une solution pérenne au conflit entre l’armée congolaise et le Mouvement du 23 mars (M23) dans la province du Nord-Kivu (est), théâtre de nombreux viols.

Arme de guerre

« Le viol est souvent utilisé comme une arme de guerre dans les zones de conflit dans le monde », a souligné William Hague dans ce communiqué. « Mais trop souvent encore, la communauté internationale détourne les yeux » et « les auteurs de ces crimes brutaux ne sont pas inquiétés », a ajouté le ministre, qui a souhaité la fin de « cette culture d’impunité ».

« Il est temps que la communauté internationale dise que l’utilisation du viol comme une arme de guerre est inacceptable, de livrer à la justice leurs auteurs et d’en finir avec l’opprobre sur les victimes », a-t-il poursuivi, promettant de faire de ce combat sa « priorité personnelle » lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G8, qui se tiendra à Londres, en avril.

« Nous voulons persuader les gouvernements de donner à ce problème toute l’attention qu’il mérite », a pour sa part déclaré Angelina Jolie, précisant que cette visite leur permettrait « avant tout d’entendre directement les victimes de viols et de violences sexuelles pendant le conflit en RDC ».

Diaporama des amis du Rwanda.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici