Fermer

Sénégal – Giresse : « Je demande à ceux qui sont sélectionnés d’adhérer à mon projet »

Alain Giresse a été nommé sélectionneur de l'équipe de football du Sénégal, le 9 janvier. © AFP

Pour son premier gros test à la tête du Sénégal, Alain Giresse a dû se contenter d’un match nul face à l’Angola (1-1). La Coupe du monde est encore loin pour les Lions de la Teranga…

Si Alain Giresse est toujours invaincu depuis qu’il a été nommé sélectionneur du Sénégal, début janvier, il est loin d’être totalement satisfait. Le match nul face à l’Angola, samedi 23 mars, sur le terrain neutre de Conakry (1-1) en qualifications pour la Coupe du Monde 2014, est d’ailleurs beaucoup plus ennuyeux que celui contre la Guinée, le 5 février dernier en match amical (1-1). L’ancien milieu de terrain de l’équipe de France s’est estimé « déçu par le match, et par le résultat. » Son équipe, qui menait 1-0 à la mi-temps, grâce à un but de Moussa Sow, aurait pu prendre le large si Demba Ba n’avait manqué son penalty (49e).

Pas d’altercation Giresse-Cissé

« On a fait une bonne entame, avant de lâcher du lest. Mes joueurs n’ont pas été assez agressifs, ils n’ont pas tout montré. Ce sont deux points de perdus. (…) Même si nous avions gagné, je n’aurais pas été content du contenu. »

L’attaquant Papiss Cissé s’est même énervé dans le vestiaire, à tel point que certains médias sénégalais ont évoqué une violente altercation entre les deux hommes. Une rumeur démentie par Giresse, mais également par d’autres sources présentes à Conakry. « Cissé était agacé par le résultat et la manière. Il s’est énervé, mais pas contre le coach », a affirmé l’une d’elles.

Mois de juin décisif

Ce match nul va obliger le Sénégal à bien négocier ses deux prochains déplacements en Angola (7 juin) et au Liberia (14 juin). « J’ai un projet, et je demande à ceux qui seront sélectionnés d’y adhérer. Si ce n’est pas le cas, qu’ils me le disent. Cela leur évitera de perdre leur temps, et moi le mien. »

Depuis sa nomination, Giresse passe une partie de son temps à répéter que sa sélection « n’est pas figée », et que son groupe reste ouvert. Une précision qui ne ferme donc pas la porte à Souleymane Diawara (Marseille, France) et Mamadou Niang (Besiktas Istanbul, Turquie), deux des cadres rarement appelés ces derniers mois…

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici