Fermer

Pâques : le pape François lave les pieds de douze détenus mineurs, dont deux filles

Par Jeune Afrique

Le pape François, le 28 mars 2013 © AFP

Le jeudi 28 mars, le pape François a effectué une cérémonie de Pâques inédite, dans un centre de détention pour mineurs de la banlieue de Rome, en lavant les pieds de douze détenus. Parmi eux, il y avait deux jeunes filles dont une de confession musulmane.

François s’est rendu, jeudi 28 mars, dans un centre de détention pour mineur, pour un « lavement de pieds ». Pour la première fois, un pape a effectué ce geste sur des jeunes filles. C’est aussi première fois à Rome que le « lavament de pieds », marquant l’attitude de service du Christ envers ses disciples, a lieu dans une prison et non dans le cadre fastueux d’une basilique. « Une caresse de Jésus » a dit François, soulignant être venu faire ce geste de tout coeur, comme prêtre et comme évêque.

>> Lire aussi : Les trois chantiers du pape François

Devant les jeunes rassemblés dans la chapelle de la prison, le pape argentin a prononcé une courte homélie, improvisée, sur un ton très simple, accessible et chaleureux, avant de procéder au lavement des pieds de dix jeunes hommes et de deux jeunes filles, une Italienne catholique et une Serbe musulmane. « Jésus est venu pour servir, pour nous aider. Pensons-y bien : sommes-nous vraiment disposés à servir les autres ? », a-t-il demandé aux détenus « garçons et filles, italiens et non italiens, catholiques et non catholiques ».

"Si on s’est mis en colère contre quelqu’un, laissons tomber "

« Le Seigneur a donné un exemple », a-t-il encore souligné, commentant l’évangile du lavement des pieds : « Il ne s’agit pas de laver les pieds des autres tous les jours, mais nous devons nous aider. Si on s’est mis en colère contre quelqu’un, laissons tomber », a-t-il ajouté, en reprenant l’expression courante parmi les jeunes italiens Lascia perdere.

Plus tôt dans la journée, devant 1 600 fidèles, à l’occasion de la « messe chrismale », le pape avait appelé les prêtres à ne pas finir « tristes et convertis en collectionneurs d’antiquités ». Il a encouragé la redynamisation des offices, espérant éviter que les prêtres se cantonnent à être de simple « gestionnaires ». Les propos lors de cette messe du Jeudi Saint revêtent une importance particulière, parce que le pape y donne traditionnellement des orientations au clergé.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici