Fermer

Le jihadiste français Gilles Le Guen a été arrêté dans le nord du Mali

Gilles Le Guen alias Abdel Jelil. © Capture d'écran/YouTube

Gilles Le Guen, le jihadiste français d'origine bretonne qui s'était fait connaître dans une vidéo publiée en octobre 2012 sur YouTube a été arrêté dans le nord du Mali.

Mis à jour à 09h32 le 01/05.

L’un des jihadistes français les plus recherchés au Mali a été arrêté dans le nord du pays, a révélé la radio RTL, mardi. Une information confirmée peu après à l’AFP par une « source proche du dossier ». D’origine bretonne, Gilles Le Guen, alias Abdel Jelil, a été capturé lors d’une opération dans la nuit du dimanche 28 au lundi 29 avril, a ensuite confirmé le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l’état-major des armées françaises. Il aurait été cueilli dans son sommeil à plusieurs dizaines de km au nord de Tombouctou, selon des sources citées par RFI.

Le jihadiste s’était fait connaître dans une vidéo postée le 9 octobre sur le site mauritanien saharamedias.net, apparaissant devant un fond noir portant le sigle d’Aqmi, un kalachnikov – visiblement en plastique – posé à son côté (voir ci-dessous). Dans un français sans accent, il racontait ses vingt années de marine marchande – et même de travail humanitaire en Éthiopie avec Médecins sans frontières… Il promettait une « catastrophe humaine et humanitaire » en cas d’intervention militaire au Sahel et affirmait être installé à Tombouctou depuis deux ans avec sa femme (d’origine maghrébine) et leurs cinq enfants. L’ambassade de France à Bamako l’avait contacté, fin mars 2012, pour lui conseiller de quitter le Nord-Mali avant l’arrivée des islamistes. Sans succès.

Gilles Le Guen est également soupçonné d’avoir pris part, en janvier, à la sanglante prise d’otage de In Amenas, en Algérie. En novembre 2012, il avait été soupçonné par Aqmi d’être un traître, et arrêté. Mais il avait été relâché en décembre, avant qu’on ne le revoit en mobylette à Tombouctou et qu’on ne perde sa trace après l’intervention française Serval, en janvier.
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici