Fermer

Libye : deuxième comparution de Seif el-Islam Kadhafi devant le tribunal de Zenten

Le procès contre Seif al-Islam a été renvoyé au 19 septembre. © AFP

Seif el-Islam, fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi, a comparu le 2 mai, pour la deuxième, devant un tribunal libyen. Il lui est reproché d’avoir tenté de communiquer illégalement avec l'extérieur en juin 2012. Le procès a été renvoyé de nouveau au 19 septembre pour permettre à sa défense d’avoir accès à l’intégralité du dossier.

Détenu depuis son arrestation en novembre 2011, Seif el-Islam Kadhafi a comparu, le 2 mai, devant le tribunal de Zenten pour la deuxième fois. La suite du procès ouvert en janvier à l’encontre du fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi, après qu’une équipe de quatre employés de la Cour pénale internationale (CPI) venus le rencontrer avait été incarcérée le 7 juin 2012, et retenue près d’un mois par Tripoli.

Seif el-Islam Kadhafi est apparu en bonne santé dans une tenue bleue derrière une grille placée dans le tribunal, avec à ses côtés deux policiers cagoulés. Même s’il a perdu une dent de sa mâchoire supérieure, Seif el-Islam Kadhafi était détendu. D’ailleurs, lorsque les journalistes, installés près de la grille derrière laquelle il se trouvait, lui ont demandé s’il allait bien, Seif al-Islam a répondu « oui », faisant un signe avec le pouce.

Deux avocats, dont un nommé par le Tribunal, se sont présentés pour sa défense. Mais à la question du juge qui lui demandait s’il acceptait les deux avocats qui lui avaient été commis d’office, il n’a pas répondu.

CPI absente

Le juge a également appelé les quatre membres de la CPI co-accusés avec Seif el-Islam dans cette affaire mais ils étaient absents.

Depuis son arrestation, Tripoli et la CPI se disputent le droit de juger Seif el-Islam Kadhafi, détenu par une brigade d’anciens combattants rebelles à Zenten, à 180 km au sud de la capitale libyenne.

Les juges ont décidé d’ajourner le procès au 19 septembre à la demande de la défense qui voulait avoir accès à l’intégralité du dossier.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici